Camerounactuel

Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell n’a jamais perdu des élections municipales à Douala

Par Patrick MOUDISSABELL, Prince Bell de Bonanjo

La vérité historique des faits

Dans un texte devenu viral sur la toile, Gérard Philippe Kuissu Mephou, activiste politique a pris la liberté de trafiquer l’histoire en écrivant des contre-vérités sur le prince Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell. Sous le titre provocateur, il affirme que « Douala Manga Bell chassé à Douala »!

Et pour cause, cet auteur d’un autre genre affirme toute honte bue que « Nous sommes en 1956 Douala Manga Bell Candidat malheureux aux élections municipales de Douala, repoussé par les siens va se réfugier à chez son Ami Pierre Ngayewang ».

Cette attitude de l’ignorance de l’histoire des Sawa ajoutée à l’imposture et à une volonté manifeste de manipulation a provoqué l’ire au sein de la communauté Bell qui a pris soin dans la présente mise au point de restituer l’histoire dans ses faits vérifiables par tous. Manifestement, Gérard Kuissu Mephou ne s’est pas abreuvé à la bonne source de l’histoire.

Pour Patrick Moudissa Bell, Prince Bell de Bonanjo qui estime qu’il ne faut pas profiter du fait que les camerounais n’aiment pas la lecture pour leur servir des inepties comme celles que je lis à travers votre post, « Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell n’a jamais perdu des élections municipales à Douala comme vous le prétendez en 1956. Ce n’était même pas possible étant donné qu’il ne s’y est jamais présenté.

Pour votre information, du 10 novembre 1946 jusqu’à 1960, il représente le Cameroun à l’Assemblée Nationale Française. Il était élu à l’ARCAM en 1947, il y siège du 19 janvier 1947 au 29 mars 1952. Le 10 janvier 1960, il est élu député à l’Assemblée Nationale du Cameroun et du 1er octobre 1961 jusqu’en 1965, il est député à l’Assemblée Législative du Cameroun Oriental ».

Un autre mensonge de l’auteur du pamphlet affirme, avec un zeste de tribalisme que « Grace à ses réseaux, il fait élire Douala Manga Bell député à Bafoussam le 23 décembre 1956 à l’Assemblée législative du Cameroun sur la liste d’Union et progrès Bamiléké. Voici un fait historique qui doit nous parler: Le Grand Douala Manga Bell humilié chez lui-même et réhabilité en pays bamiléké dans un mouvement Bamiléké De Souche ».

Aussi, Pour revenir à Pierre Ngayewa, en mars 1952, il est candidat aux élections territoriales sur la liste de « Réconciliation de tous les Bamiléké » qui est battue. Il s’inscrit alors au Bloc démocratique camerounais. Il est également membre de l’Union sociale camerounaise. En 1955, le député de l’assemblée nationale française, Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell envoie une délégation de notables camerounais en France : Pierre Ngayewa faisait partie de cette délégation.

De retour au Cameroun, Pierre Ngayewa se présente aux élections municipales à Douala et est malheureusement battu. Il est élu le 23 décembre 1956 député de Bafoussam à l’Assemblée législative du Cameroun sur la liste d’Union et progrès Bamiléké. Pierre Ngayewa est ensuite élu au Conseil de la République le 23 février 1958, en remplacement d’Henri Chamaulte, décédé, une protestation relative à son âge exact a été adressée, contestant qu’il ait atteint l’âge de 35 ans requis pour exercer le mandat de sénateur.

Le bureau du Conseil de la République, chargé de juger de l’éligibilité de ses membres, a tranché en faveur de Pierre Ngayewang. Au Conseil de la République, il rejoint le groupe des Républicains indépendants et siège comme membre suppléant à la commission de la France d’outre mer. C’est Pierre Ngayewa qui a été battu aux élections municipales à Douala et non Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell.

Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell ne s’est jamais réfugié chez Pierre Ngayewa puisqu’il n’a jamais été repoussé par les siens. Le 23 décembre 1956, c’est Pierre Ngayewa qui a été élu député de Bafoussam à l’Assemblée législative du Cameroun sur la liste d’Union et progrès

Bamiléké. Ce n’est pas Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell.

C’est Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell qui facilite l’élection de Pierre Ngayewa au conseil de la République, malgré le fait que son âge posait problème. D’où vient-il donc que de cette histoire bien consignée dans tous les manuels d’histoire, vous venez éhontem- ment trafiquer les faits en inversant totalement les rôles ???

C’est Alexandre Ndoumbè Doualla Manga Bell qui a boosté la carrière de Pierre Ngayewa et non l’inverse.

Comme quoi, « le manque de lecture, l’ignorance, la cancritude, la sardine… » ne se retrouvent pas du côté que l’on pense qu’ils se situent, mais plutôt logés viscéralement dans celui des tripatouilleurs toute honte bue, des incultes savants, des prèstidigitateurs immatures, des apprentis sorciers manipulateurs, des faux pompiers pyromanes, des imposteurs menteurs éhontés sans scrupules, des fossoyeurs frustrés, qui se reconnaîtront, tapis dans l’ombre des innombrables méfaits dont ils sont coutumiers et jaloux de la bienveillance connue et reconnue des Duala dans l’étendue de toute leur dignité.

La vérité sur la vie d’Alexandre Doualla Manga Bell et son parcours traditionnel politique et social suffisent à eux tous seuls de démontrer ce qu’est la générosité et l’hospitalité chevillées au coeur du peuple SAWA. Tous ceux qui s’aventureront désormais dans la voie de la manipulation de cette histoire trouveront ses dignes fils dont je fais partie, en chemin ! À bon entendeur, salut !

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Lire aussi

No Content Available