Camerounactuel

Coronavirus : « le CHAN 2020 peut devenir problématique si cette crise sanitaire n’est pas endiguée au plus vite »

Economiste et expert en management durable, Louis Narcisse Ngono analyse les effets probables d’une aggravation de la situation sanitaire sur l’économie locale.

Le monde tremble et s’inquiète des conséquences que pourrait avoir le Coronavirus sur l’économie mondiale. Quid du Cameroun ?

L’épidémie de coronavirus Covid-19 est à ce jour l’un des défis de santé publique internationale le plus important. A ce jour, c’est plus de 100 pays qui sont touchés ; parmi lesquels le Cameroun. Elle se caractérise par un bilan très lourd sur le plan tout d’abord humain, avec des estimations préoccupantes qui font état de plus 110 000 personnes contaminées et plus de 3800 personnes décédées dont environ 82% en Chine qui est l’épicentre de la maladie.

La maladie a, depuis son identification formelle par les autorités chinoises, révélé au monde l’un de ses côtés les plus dangereux. En dehors du fait que pour ces personnes d’ici et d’ailleurs il n’existe toujours aucun vaccin et aucun traitement efficaces, la maladie s’est muée en véritable frein pour l’économie mondiale, ralentissant ainsi, les flux commerciaux et de personnes. Les territoires abritant la maladie devant quasiment infréquentables.

Pour toutes ces raisons, le Cameroun, qui a, depuis quelques jours, identifié son premier cas, ne saurait s’extraire des répercussions socio-économiques dans la mesure où le Covid 19 est une déferlante vague de refroidissement des performances économiques pour la simple raison que son risque de propagation énorme oblige parfois de tout mettre au ralenti ou à l’arrêt, notamment les activités économiques, sportives, les évènements culturels, etc.

Quels sont les secteurs qui, selon vous, pourraient être les plus touchés au Cameroun ?

Le Coronavirus a, depuis son apparition, répandu une certaine psychose dans le monde. La détection d’un cas de cette maladie dans une ville ou un pays envoie tout de suite des signaux négatifs qui vont se traduire par une défiance envers le territoire concerné et impacté sur son image. Or, les activités économiques ne sont opérationnelles et fructueuses que dans un contexte de confiance et surtout de mobilité. C’est parce qu’un territoire suscite confiance qu’on n’échange facilement avec lui ou qu’on s’y rend.

Ce principe étant remis en question, il faut s’attendre entre les pays qui échangent avec le Cameroun et/ou partagent ses frontières, à une chute des transactions commerciales, une diminution de la mobilité des personnes qui seront proportionnelles à l’envergure que prendra la maladie. Ainsi, la quasi-totalité des secteurs sont exposées ; mais ceux qui de toute vraisemblance seront les plus touchés sont les secteurs du tourisme et du transport aérien qui connaîtront sans doute une diminution des fréquentions avec des incidences notables sur les sous-secteurs de l’hôtellerie et de la restauration.

Si la maladie prend une certaine tendance dans les court et moyen termes, les investissements étrangers peuvent connaître un ralentissement. On peut aussi s’attendre à une baisse des exportations et des importations qui devront faire l’objet d’un contrôle plus minutieux. Les individus devenant l’objet d’une défiance réciproque, mêmes les opérations commerciales de base sur nos marchés peuvent en être impactées.

Les secteurs sportifs et de l’événementiel peuvent connaître aussi une période de contraction. Pour le cas spécifique du Cameroun, la tenue des évènements sportifs majeurs tel que le Championnat d’Afrique des Nations de football peut devenir problématique si cette crise sanitaire n’est pas endiguée au plus vite. D’une manière générale, la quasitotalité des secteurs économiques matériels où les hommes sont supposés être en contact sera impactée négativement.

Peut-on imaginer que les dépenses imprévues du fait de la gestion de l’épidémie du Coronavirus viennent perturber l’exécution du budget ?

Les dépenses ne connaîtront pas une incidence significative. Même si des efforts matériels et financiers doivent être faits au plan national, il faut savoir que les questions de santé publique internationale ont des leviers et mécanismes sur lesquels ils s’appuient. Par le principe de solidarité internationale devant une menace globale, des financements et des soutiens multiformes se déploient pour venir en appui aux efforts fait localement ici et là. Les organes spécialisés des Nations Unies dont l’Oms est le plus impliqué prendront des mesures.

Il faut aussi s’attendre au déploiement, si la nécessité se fait ressentir, d’une société civile internationale et nationale spécialisées sur les questions sanitaires sur l’aspect Wash notamment. Pour toutes ses raisons, il ne faut pas s’attendre à ce que les caisses publiques s’assèchent. Ne cédons pas à l’alarmisme.

Certains évoquent le spectre de la crise économique et financière de 2008. Un tel scénario est-il envisageable?

En termes d’impact, on peut effectivement s’attendre à des effets similaires. Le ralentissement de l’activité économique et les projections sur la croissance économique mondiale pourraient être revues à la baisse. Sans être pessimiste, la crise sanitaire que l’on connait actuellement peut, si elle n’est pas rapidement endiguée, avoir des effets plus désastreux que la crise de 2008 qui avait une origine financière avant de muer en crise d’endettement pour certains pays et en crise économique pour le monde.

Il faut rappeler que sa courroie de transmission était d’abord financière avant de toucher l’économie réelle. Là, nous sommes devant une crise qui frappe d’abord l’économie réelle et qui ne se limite pas à toucher le facteur capital ou du moins de manière prépondérante. Elle touche le facteur travail, c’est-à-dire l’homme lui-même, qui est en réalité l’architecte et le carburant de l’économie. Ainsi, si les hommes ne peuvent plus échanger, c’est toute la mécanique de l’économie qui est menacée à savoir la consommation, la production et donc l’investissement.

A titre d’exemple, aujourd’hui la Chine est quasiment en quarantaine et cet aspect chose n’est pas sans incidence sur l’économie mondiale. Imaginez un peu la quasi-totalité des pays dans cette situation ; ce serait un coup dur pour l’économie et la modernité telle que nous la connaissons. C’est pourquoi les chercheurs s’activent en laboratoire et les pays dans les efforts de circonscription de la maladie.

Quelles mesures l’Etat pourrait-il prendre pour limiter d’éventuels dégâts ?

L’Etat jusqu’ici est dans son rôle ; et depuis l’apparition de la maladie en terre camerounaise, le ministère en charge des questions de santé pratique une communication intense, aux fins de sensibiliser les populations et de les rassurer. Il est très important d’informer et de rassurer les populations pour ne pas céder à la panique. La réponse jusqu’ici a été très bonne ; les cas de maladies ont été isolées et suivent des traitements.

L’essentiel des mesures à ce stade reste la sensibilisation pour éviter la propagation de la maladie en attendant l’avènement d’un vaccin qui, selon les récentes informations sur la recherche, ne tardera plus très longtemps, Il faut continuer dans ce qui est bien fait jusqu’ici et réitérer à tout un chacun que nous sommes les premiers remparts à la propagation de cette maladie. Nous devons prendre soin de nous et des autres au travers des petits gestes de propreté qui peuvent sauver des vies.

Qu’en est-il du secteur privé ? Jusqu’à quel niveau peut-il agir?

La marge de manœuvre du patronat et des entreprises est fonction de l’évolution de la maladie. A ce jour, la situation est plutôt maitrisée et les entreprises continuent de travailler dans une relative sérénité. Si la situation venait à empirer, l’Etat pourrait être amenée à prendre des mesures restrictives qui peuvent impacter des secteurs d’activités entiers. C’est pourquoi la lutte contre une maladie comme celle-ci doit être collégiale.

Le secteur privé doit accompagner l’Etat dans cet effort de sensibilisation et s’assurer qu’en leur sein les mesures sont prises pour que les personnes qui y travaillent soient les moins exposées possibles. C’est ici une occasion de mettre sur pied des démarches en responsabilité sociétales des entreprises pour communiquer, assister les pouvoirs publics et protéger ses employés.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles