Camerounactuel

Lutte contre le Covid-19 : vers un autre Covidgate impliquant Manaouda Malachie

Le ministre de la santé publique Manaouda Malachie a signé le 13 juin 2022, un communiqué de presse annonçant à compter du 15 juin 2022, le paiement de 30 000 Fcfa les tests de dépistage Par contre le covid-19, ceci alors que l’ordonnance y afférente est encore en examen au parlement. Il met la charrue avant le bœuf !

Le président de la République a signé le 02 juin 2022, une ordonnance apportant des aménagements sur le budget de la nation pour l’exercice en cours. Le Collectif budgétaire en examen au parlement au cours de la session juin 2022 ouverte le 07, a pour objet de modifier et compléter certaines dispositions de la loi du 16 décembre 2021 portant loi de finance de République du Cameroun pour l’exercice 2022.

12 dispositions réglementaires ont été répertoriées dans ce texte, donnant plus de consistance à cette loi de finance. L’ordonnance fait passer le budget de l’Etat de 5750 à environ 6080 milliards de francs Cfa. Le budget augmente de plus de 3.28 milliards Fcfa. Panni les modifications contenues sur la loi de finance 2022, figurent le plafonnement des ressources du Fond de solidarité contre le Covid- 19 à 50 milliards de Fcfa.

Par ailleurs, les tests Per seront désormais payants à hauteur de 30 000 Fcfa. Alors que ce collectif budgétaire est encore en examen au parlement et donc susceptible de modifications, le ministre de la santé publique a pris sur lui, de rendre la collecte des fonds issus du paiement des tests de dépistage.

Par contre le Covid-19, opérationnel. Il a choisi d’anticiper sur la loi, si tant est qu’elle n’a pas encore fini son processus dé validation.  » Le paiement des tests de dépistage PCR contre le Covid-19 au taux forfaitaire de 30 000 Fcfa, et désormais consacré par l’ordonnance du 02 juin 2022, s’effectue à compter du Mercredi 15 juin 2022, à travers la plateforme de dématérialisation des recettes publiques du Ministère des Finances, à l’adresse : https://tresorpublic.cm. « , a indiqué Manaouada Malachie dans son communiqué du 13 juin 2022.

Incongruités 

On comprend mal comment cette taxe est instituée, pendant que la maladie semble éradiquée de notre pays, ou du moins s’exprime que de façon très marginale. Au Cameroun, on meurt plus de choléra et du paludisme que du covid-19. Le nombre de personnes atteintes est devenu insignifiant au plan national. Pire encore, dans de nombreux pays occidentaux, ces tests ont été levés, et ne sont plus formellement exigés. Pire encore, les centres de dépistage

et de collecte desdits fonds, ne sont pas nationaux. Seuls les sites « … de paiement physique au Laboratoire national de santé publique à Yaoundé, à l’hôpital Laquintinie à Douala, au Centre hospitalier régional de Garoua… « , sont légaux et opérationnels. Le Minsanté indique que la mise en place des autres sites de paiement physique est  » …imminente dans la ville de Bafoussam, ainsi qu’à tous les postes de Santé aux Frontières « .

Pourquoi se précipiter à mettre en vigueur une collecte, si tant est que notre pays n’est pas encore parfaitement outillé ? Quid des voyageurs en provenance des localités non répertoriés par le Minsanté, notamment ceux issus du Sud, du Nord-ouest et du Sud-ouest, de l’Est et de l’Adamaoua ? Selon le Minsanté, le processus d’enrôlement à ladite plateforme permet la génération d’un code unique et d’un reçu de paiement que l’usager présentera sur l’un des sites de prélèvement du réseau de laboratoires agréés pour la réalisation desdits tests.

Au terme du processus, le résultat du test fera l’objet d’un contrôle systématique aux Postes de santé aux Frontières avant tout embarquement. Un numéro vert  » 1510  » est rendu disponible pour tout renseignement, renseigne le Minsanté.

En rappel 

La Chambre des comptes de la Cour suprême a rendu public le 16 novembre 2021, son rapport final sur l’audit qu’elle a réalisé sur la gestion du Fonds spécial Covid-19 mis en place par le Chef de l’Etat le 03 juin 2021, et doté de 180 milliards Fcfa, répartis en 4 programmes pilotés par 24 départerrfents ministériels.

Ce rapport était centré autour des activités conduites par le Ministère de la Santé publique (Minsanté), le Ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation (Minresi), et le Ministère des Finances (Minfi) pendant l’exercice 2020, sachant que les dépenses des autres départements ministériels jusqu’au 31 décembre 2020 au titre du Fonds spécial ont été peu significatives et étaient évaluées à 9,8 milliards Fcfa en paiement.

Principaux griefs 

167, 7 milliards de Fcfa ont été dépensés dans la première phase sur les 186,8 milliards Fcfa. Le Ministère de la santé a passé 4 marchés de médicaments pour 536 millions Fcfa, mais n’a été en mesure d’indiquer où il les avait stockés. Un bâtiment (Orca à Yaoundé) a été mis à la disposition du Gouvernement gratuitement pour les malades, mais sa réfection a coûté 1 milliard de Fcfa.

Le marché de l’hygiène et de l’assainissement a coûté 157 millions Fcfa et a été confié à Ets African Distribution créé le 14 février 2020 et sans expérience. Les Unités d’isolements construits dans 4 stades n’ont accueilli aucun patient Covid-19, mais ont coûté 841,2 millions Fcfa. L’achat de 4 ambulances non livrées confié à deux entreprises Yao Pharrn et Medeline Médical Cameroun au prix de 55 millions Fcfa soit le double du prix proposé par autre concessionnaire.

96 fournisseurs non présélectionnés ont été attributaires des marchés des équipements et de prise en charge des patients Covid-19. La mise à l’écart des comptables matières susceptibles d’avoir facilité les détournements. Un dépassement de 31,6 milliards Fcfa de crédits budgétés.

L’Institut de recherche médicale et d’étude des plantes médicinales (Impm) a reconditionné des médicaments achetés à l’étranger déjà conditionnés à 9 millions Fcfa pour faire croire que les médicaments ont été fabriqués localement. La surfacturation de 15,3 milliards Fcfa au profit de la société Medeline Médical Cameroun SA dans l’achat des tests.

La vente de 15 0Q0 tests au gouvernement à 288 millions Fcfa par le ministère de l’administration territoriale. 3 entreprises : Ets Aboa perspective, ABS Motors et Phase Engeneering Cameroun ont le même gérant qui est le petit frère d’un haut cadre du Minsanté.

Ces 3 entreprises ont gagné des marchés de 796 millions Fcfa. 1,25 milliards Fcfa de travaux ont été payés sans être achevés et réceptionnés. Le double paiement des marchés ayant généré un préjudice de 708 millions Fcfa dans les caisses de l’Etat.

Ouest Echos

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles