Camerounactuel

Le choléra a déjà fait 33 morts dans quatre régions du Cameroun

Déclenchée dans la région du Sud-ouest vers fin janvier, l’épidémie de choléra s’est propagée dans trois autres régions, notamment Ie Littoral, le Sud et l’Extrême-nord. À ce jour 33 décès sont enregistrés parmi les 1102 cas détectés.

Le ministre de la Santé publique (Minsante) Manaouda Malachie a publié un communiqué le 9 février dernier, dans lequel il donne les détailles sur les mesures mises en place pour contrecarrer la propagation de la maladie, ainsi que les mesures préventives à observer.

Un système de surveillance a été déployé et des kits d’eau potables sont mis à la disposition des communautés affectées. Dès le 18 janvier prochain, des campagnes de vaccination vont aussi débuter. Rappelant le caractère contagieux de l’épidémie, le Minsante appelle les populations à l’observance des règles d’hygiène, car le choléra est une maladie de saleté, du péri-fécal.

L’Organisation mondiale de la santé (Oms) a déclaré que les vaccins anticholériques sûrs, administrés par voie orale, doivent être utilisés. Ces vaccins participeront à l’amélioration de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement, afin de limiter les cas et favoriser la prévention dans les zones connues pour être à haut risque. Avec 1,3 à 4 millions de cas de choléra et 21 000 à 143 000 décès dus à cette maladie dans le monde, le Cameroun a enregistré 80 morts entre janvier et août 2020.

En 2021, plusieurs foyers ont été signalés dans les régions du Centre, Littoral, Sud et Sud-ouest et environs 66 personnes ont péries sur 14 497 cas diagnostiqués. La mauvaise hygiène et l’insalubrité selon les spécialistes en santé publique, sont des principaux facteurs à l’origine de la propagation du choléra. Ces deux facteurs rendent en même temps inefficaces, les efforts de lutte engagés par les différents acteurs. Raison pour laquelle des activités de sensibilisation au respect des règles d’hygiène sont constamment organisées.

Pour cette autre épidémie qui vient de se déclarer, les autorités, conscientes des ravages du choléra, appellent le personnel médical à se mobiliser pour bien prendre soin des malades. Elles invitent les populations à la vigilance et leur recommandent le strict respect des mesures d’hygiène notamment, le lavage systématique des mains à l’eau propre et au savon avant et après le repas ainsi qu’au retour des toilettes.

En l’absence d’eau et de savon, un gel ou une solution hydroalcoolique peuvent être utilisés ; la potabilisation de l’eau avant sa consommation, éviter de consommer l’eau en sachet, éviter les jus de fruits frais préparés de façon artisanale etc.

Rappelons que dans le cadre de la riposte contre l’épidémie de choléra dans certaines du Cameroun, le pays bénéficie de l’appui de ses partenaires au développement. Lors des dernières épidémies à l’Extrême-nord par exemple, ils ont mis en place, un comité de coordination intersectoriel régional contre l’affection. Celui-ci était piloté par le gouverneur de ladite région.

Dans la même dynamique, plusieurs partenaires dont le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef), l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), Médecins sans frontière (Msf) et Plan international, apportent leur appui permanent au gouvernement dans la coordination et la mise en œuvre de la réponse dans le secteur de la santé, de la communication sociale, de l’approvisionnement en eau potable, de l’hygiène et de l’assainissement.

Info Matin

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi