Camerounactuel

Energies renouvelables : Thomas Östros au Cameroun pour une mission de haut niveau

La visite du vice-président de la Banque européenne d’investissement (Bei) au Cameroun s’avère salutaire pour ceux des Camerounais, acteurs étatiques et non-étatique qui étaient encore en attente d’éclairages sur les perspectives de financement de grands projets structurants.

L’économiste suédois, Thomas Östros conduit depuis ce 04 mai jusqu’au 07 mai prochain à Yaoundé, une importante délégation constituée selon nos sources, de hauts responsables de la Bei et de l’Union européenne. T outes les articulations de ses trois jours de visite en terre camerounaise vont ainsi se muer en de véritables rencontres bilatérales avec les membres du gouvernement sur les perspectives de coopération.

A en croire l’agenda provisoire du vice-président consulté par le Messager, il est prévu dans la journée du 05 mai, la signature solennelle du financement d’un montant de plus de Fcfa 80,7 milliards pour le renouvèlement de la ligne ferroviaire Bélabo-Ngaoundéré (330 km).

Le 06 mai 2022, le programme indique la signature de la convention de financement relative à l’ouverture d’une ligne de crédit d’un montant de Fcfa 7,8 milliards, soit (12 millions d’euros) à la Commercial bank Cameroun (Cbc), afin de stimuler les investissements, créer des emplois et accélérer la relance du pays après la pandémie à Covid-19 comme annoncé en février 2022, lors du Forum économique, Union européenne-Afrique, organisé en amont au sommet de l’Afrique-Ue.

En dehors des deux journées évoquées plus haut, le haut responsable atteindra peut être l’apothéose le 07 mai lors des échanges avec les acteurs du secteur privé et du secteur bancaire mais surtout, au cours de la visite de terrain du barrage hydroélectrique de Nachtigal financé à 40% par Electricité de France (Edf).

Engagements financiers

En appréciant les couleurs annonciatrices de cette visite, il appert qu’elle ne sera moins qu’un séjour émaillé de joutes oratoires et que certains de ses interlocuteurs ne vont pas lui faire de cadeaux. A la vérité, pour construire ou réhabiliter les infrastructures de base essentielles au développement de son économie, afin de soutenir son programme de réformes économiques et financières, le Cameroun a recours à l’endettement (emprunts extérieurs et intérieurs) auprès de ses partenaires locaux, multilatéraux et bilatéraux.

Cette dette vient en réalité compléter les ressources propres de l’Etat généralement insuffisantes (impôts et taxes). Selon nos sources à la Caisse autonome d’amortissement (Caa), depuis le début de l’année 2022, l’Etat a signé au moins vingt-deux conventions de financement d’un montant global d’environ 1 382,3 milliards de Fcfa.

La dette publique augmente de 03 %, voilà ce qui ressort de la note de conjoncture mensuelle de l’endettement que vient de publier la Caa. 11 109 milliards de Fcfa, c’est le montant affecté à la dette publique au Cameroun depuis le 30 septembre 2021. De son côté, Louis Paul Motaze, ministre des Finances (Minfi), a indiqué le 25 février 2022 que la dette du secteur public reste maîtrisée bien qu’elle ait légèrement augmenté en 2021.

Son encours, à fin octobre 2021, a atteint 44,9 % du Produit intérieur brut (Bib), soit une augmentation de 0,8 point de pourcentage du Pib par rapport à fin 2020 et est estimé à 45,4 % à fin décembre 2021. Bonnes ren- contres de haut niveau !

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles