Camerounactuel

Crise anglophone : Yaoundé dément avoir autorisé le Canada à mener des pourparlers

Le gouvernement camerounais a annoncé, lundi 23 janvier, qu’il n’avait mandaté « aucun médiateur externe » pour « faciliter » des négociations destinées à mettre un terme au conflit entre les groupes armés séparatistes et les forces gouvernementales, dans les régions anglophones du Nord-Ouest et Sud-Ouest.

Le porte-parole du gouvernement camerounais, Emmanuel René Sadi, a souligné dans un communiqué que « le Cameroun n’a confié à aucun pays étranger ou organisation extérieure un rôle de médiateur ou de facilitateur pour régler la crise » en zone anglophone.

Ottawa avait pourtant officiellement annoncé vendredi dernier qu’il organisait des pourparlers avec le gouvernement du Cameroun et divers groupes armés séparatistes pour proposer un processus de paix en vue d’une résolution de la crise dite anglophone.

La ministre canadienne des Affaires étrangères, Mélanie Joly, avait soutenu dans son communiqué avoir déjà tenu trois réunions au Canada avec des représentants du gouvernement du Cameroun et des représentants des groupes séparatistes anglophones.

« Nous sommes en contact avec les parties et notre précédent communiqué tient toujours », avait écrit le porte-parole de la ministre canadienne des affaires étrangères, Adrien Blanchard.

La crise qui a éclaté fin 2016 en zone anglophone faisant « plus de 6000 morts » et laissant « 600 000 enfants sans accès complet à l’éducation », selon les autorités canadiennes.

« Près de 800 000 personnes ont été déplacées » en zone anglophone d’après les estimations d’Ottawa.

Agence Anadolu

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi