Camerounactuel

Quels vaccins et traitements sont utilisés pour combattre la variole du singe ?

Depuis mai 2022, des épidémies de variole du singe sont apparues dans plusieurs pays où l’infection n’avait pas été observée auparavant.

C’est pourquoi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré la variole du singe une urgence sanitaire mondiale.

Selon l’OMS, au 23 juillet, plus de 16 000 cas ont été signalés dans 75 pays et cinq personnes sont décédées des suites de l’infection.

La variole du singe est causé par un virus de la même famille que la variole, bien qu’il soit beaucoup moins grave et que les experts disent que vos risques d’infection sont faibles.

Jusqu’à présent, les efforts pour contenir la propagation de la maladie se sont concentrés sur l’isolement et le traitement des cas et la recherche des contacts.

Vaccins

Il n’existe aucun traitement ou vaccin spécifique pour les infections par le virus de la variole du singe.

Mais parce que les virus de la variole du singe et de la variole sont génétiquement similaires, plusieurs pays utilisent des médicaments antiviraux et des vaccins qui ont été développés pour se protéger contre la variole.

Comme l’indiquent les Centers for Disease Control (CDC) des États-Unis, « lorsqu’ils sont administrés de manière appropriée avant ou après une exposition récente (au virus), les vaccins peuvent être des outils efficaces pour protéger les personnes contre la maladie par la variole du singe ».

Le vaccin JYNNEOS (également connu sous le nom d’Imvamune ou Imvanex) a été approuvé pour une utilisation contre l’infection par la variole du singe aux États-Unis, au Royaume-Uni, en Europe et dans d’autres pays.

Il s’agit d’un vaccin développé pour la protection contre la variole chez les personnes de plus de 18 ans.

Ce vaccin contient une forme vivante modifiée du virus de la variole appelée vaccine modifiée d’Ankara (MVA).

Un autre vaccin contre la variole du singe, ACAM2000, un vaccin de « deuxième génération » développé pour la variole, a également été approuvé pour une utilisation aux États-Unis.

Mais, selon le CDC, il ne devrait pas être utilisé chez les personnes souffrant de certains problèmes de santé, tels qu’un système immunitaire affaibli, des affections cutanées telles que la dermatite atopique / l’eczéma ou la grossesse.

Le CDC souligne toutefois qu' »aucune donnée n’est encore disponible sur l’efficacité de ces deux vaccins dans l’épidémie actuelle » de la variole du singe.

Actuellement, cependant, l’offre de JYNNEO S est limitée et, dans plusieurs pays, il n’est proposé qu’à quelques contacts étroits à haut risque de personnes infectées.

L’OMS note que certaines personnes qui ont reçu des vaccins contre la variole peuvent également avoir certains niveaux d’immunité, bien que dans de nombreux pays, cette vaccination ait été suspendue il y a près de 40 ans lorsque la maladie était considérée comme éradiquée.

Traitements

Il n’existe pas non plus de traitements spécifiques pour les infections par le virus de la variole du singe.

Le National Health Service (NHS) du Royaume-Uni indique que « la maladie est généralement bénigne et la majorité des personnes infectées se rétablissent en quelques semaines sans traitement ».

Le tecovirimat antiviral est utilisé comme traitement de la variole du singe.

Pourtant, il peut y avoir des cas plus graves nécessitant une hospitalisation. Et le risque peut être plus élevé pour les personnes âgées, les jeunes enfants et les personnes qui prennent des médicaments qui affectent leur système immunitaire.

Pour les cas nécessitant un traitement, le CDC indique que, comme les vaccins, les médicaments antiviraux développés pour protéger contre la variole peuvent être utilisés pour prévenir et traiter les infections par le virus de la variole du singe.

 » Les antiviraux, tels que le tecovirimat (TPOXX), peuvent être recommandés pour les personnes les plus susceptibles de tomber gravement malades, comme les patients dont le système immunitaire est affaibli », indique le CDC.

Ils ajoutent que « si vous présentez des symptômes de monkeypox, vous devez en parler à votre fournisseur de soins de santé, même si vous ne pensez pas avoir été en contact avec une personne atteinte de variole su singe ».

BBC

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi