Camerounactuel

Olembé : où est passé le complexe sportif Paul Biya

Censés se dérouler dans une méga infrastructure comprenant deux stades d’entraînement, un hôtel cinq étoiles, un lac artificiel, un gymnase, une piscine olympique, des espaces commerciaux, des terrains de tennis, basketball, volleyball… Les matchs d’ouverture et la finale, notamment, ont eu lieu dans un simple stade, de surcroît inachevé. Pourtant, le chef de l’État a mis des moyens, plus qu’il en fallait, pour que l’ouvrage, devant porter son nom, soit une des plus grandes attractions de la Can 2021. Accusés, levez-vous !

Les rideaux sont tombés, le 6 février 2022, sur la 33ème édition de la Can 2021. Cependant, les Camerounais n’oublient pas que la finale était censée se jouer dans un complexe sportif et non dans un simple stade, inachevé par-dessus le marché.

« C’est dans un complexe qui porte son nom que le président Biya devait présider le match d’ouverture et, quelques jours plus tard, remettre le trophée au capitaine de l’équipe nationale du Sénégal, vainqueur de l’Égypte. C’est un sentiment de déception. Des milliards ont été débloqués pour le complexe, pourquoi la Can s’est jouée dans un stade ? Des gens doivent s’expliquer », tonne Ahmadou Bouba, militant du Rdpc (parti au pouvoir). Comme lui, des milliers de citoyens exigent que les responsables rendent compte.

En effet, qu’est-ce-qui n’a pas marché ? L’argument du temps n’est pas recevable, puisque ç’est en 2016 que le chantier est lancé. Délai de livraison : 30 mois. Le complexe sportif Paul Biya devait donc être livré en 2019. Et cela tombait à pic, car le pays de (feu) Théophile Abega avait rendez-vous avec l’Afrique du football cette année-là. Le Cameroun n’étant pas prêt, l’événement fut confié, par la Caf qui en est l’unique et seul propriétaire, à l’Égypte. Le pays de Paul Biya a obtenu une occasion de se rattraper en 2021.

C’était compter sans l’affairisme, l’amateurisme, l’incurie et la félonie de la task force (nébuleuse ayant la haute main sur les chantiers dits de la Can) et du comité local d’organisation (Cocan). Ces maffieux, au lieu de saisir l’opportunité des nouveaux délais pour faire accélérer les travaux, se sont plutôt livrés à des tripatouillages dans le dessein de s’en mettre plein les poches. Jugé peu accommodant, le groupe Piccini est remplacé, le 4 décembre 2019, par Magil.

Les avenants et les surfacturations pouvaient donc commencer. Le complexe sportif devait en principe coûter 163 milliards Fcfa. Ce montant est largement dépassé avec plusieurs ajouts allant jusqu’à environ 190 milliards Fcfa, sans que le complexe soit livré. « Dans ce dossier, des gens se- sont enrichis au détriment de l’intérêt général. Ils doivent rendre gorge comme le chef de l’État l’a lui-même dit », souhaite Nevil Elung, opérateur économique.

Bousculade mortelle. Comble d’humiliation pour le Cameroun, la sono du stade d’OIembé fut une calamité tout au long de la Can. Les pelouses laissaient à désirer. Une bousculade a fait huit morts en marge de la rencontre Cameroun-Comores au stade d’OIembé (toujours Olembé !).

Alors que l’État a pris en charge les soins des blessés du Liv’s night-club, une discothèque privée, l’opinion publique attend toujours les conclusions de l’enquête ordonnée par le président de la République pour établir les responsabilités sur ce drame, survenu à l’entrée Sud de ce stade, qui n’a véritablement pas de voie de contournement.

À l’observation, cette cuvette a fortement gâché la fête du football que le président Biya a offerte à la jeunesse africaine. Un paradoxe vu que cette infrastructure avait été conçue pour être une des plus grandes attractions de la Can 2021, en plus d’honorer à jamais Paul Biya en étant baptisée de son prestigieux nom !

Aura-t-on jamais un complexe sportif à Olembé ? Si oui en quelle année quand on connaît que le Cameroun est le pays du provisoirement définitif ? Avec quel financement ? Les coupables seront-ils traduits en justice ? Autant de questions qui attendent réponse.

En rappel, le complexe sportif devait comprendre : un stade couvert de 60 000 places, deux stades d’entraînement, un lac artificiel, un gymnase, une piscine olympique, des terrains de tennis, de basket-ball et de volleyball, un hôtel 5 étoiles de 70 chambres, des espaces commerciaux.

Info Matin

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

1 réflexion sur “Olembé : où est passé le complexe sportif Paul Biya”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi