Camerounactuel

Nécrologie : Chief Angwafor III raccroche sa canne

Le vice-président national du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) a rendu l’âme dans la nuit du 21 mai 2022 dans son palais des suites de longue maladie. Retour sur la trajectoire de ce nonagénaire.

Fils de Ndefru III et de Munka Mafo, Salomon Anyeghamoti Ndefru est né le 25 mai 1925 à Manon dans le département de la Mezam, région du Nord-Ouest. De 1934 à 1944, il fait ses études primaires dans trois écoles respectives, en l’occurrence à l’école publique de Bamenda (1934-1936) ; à la Rcm Scholl de Mankon (1937-1938); à l’école de la mission de Bâle de Bafut(1941- 1942) et, une fois encore, à l’école publique de Bamenda (1943-1944).

Ses études secondaires se déroulent au Nigeria à Aggrey Memorial college d’Enugu de 1945 à 1950, où il obtient le Cambridge school certificate, puis à la Moor plantation school of agriculture Ibadan de 1951 à 1953. Il en sort avec un diplôme d’Ingénieur agronome avant de démissionner en avril 1961.

Le 1er avril 1959, Salomon Anyeghamoti Ndefru devient le 22ème Fon de Mankon. De 1961 à 1970, cette autorité traditionnelle siège à la West cameroon house of Assembly. Réélu en 1970, le Fon Angwafor sera porté au poste de 1er vice-président de cette chambre au scrutin du 18 mai 1973. L’homme politique est élu député à l’Assemblée nationale, où il siège jusqu’en 1983.

Aussi a-t-il été membre de la conférence constitutionnelle de Foumban. Président de la section de l’Unc (Union nationale du Cameroun) pour la Mezam de 1969 à 1981, Chief Angwafor était, depuis juin 1990, membre titulaire et vice-président du comité central du Rdpc (Rassemblement démocratique du peuple camerounais).

Le Cameroun perd, en réalité, un bâtisseur de l’unité au lendemain de la célébration du cinquantenaire de l’État unitaire. Depuis son retour au pays en 1961 après être devenu Ingénieur agronome au Nigeria, cette bête politique camerounaise a participé aux grandes mutations de l’État, lesquelles ont débouché sur la Réunification, sur l’avènement de l’État unitaire en 1972, ainsi que sur le retour au multipartisme en 1990.

Considéré comme un apôtre de la paix, Fon Angwafor aura davantage milité pour l’unité du Cameroun, la non-violence et pour le dialogue. Cette verve s’est ressentie dès novembre 2016 au cours de l’enclenchement de la crise sécuritaire dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

C’est à juste titre qu’Adolphe Lele Lafrique lui rend un ultime hommage, en relatant, dans son message de condoléances adressées à la communauté nationale et internationale, que cet homme politique a œuvré pour l’unité du pays prenant des positions radicales contre ceux qui avaient décidé de défier le Cameroun.

Pour le gouverneur de la région du Nord-Ouest, « il s’agit d’une icône de l’unité nationale qui fut d’abord un politique local dans l’ancien Cameroun occidental avant de devenir parlementaire ». Il s’agit là, ajoute-t-il, « d’une énorme perte non seulement pour la région du Nord-Ouest, pour le Cameroun et au-delà des frontières. Il était reconnu comme un homme de paix ».

Cette autorité traditionnelle n’avait pas quitté son palais alors que ses pairs étaient la cible des groupes sécessionnistes dès l’entame du conflit armé. « Si les séparatistes, clamait-il, pensent que le problème ne peut être résolu que par la séparation, alors quand ils auront éventuellement un problème après la séparation, peut-être une autre séparation sera-t-elle nécessaire ».

« Ensemble, nous devons aller de l’avant. Nous devons accepter que nous avons résolu le problème par le plébiscite (référence faite au référendum de 1961) que nous avons eu. Nous avons été divisés par le peuple colonial. Nous sommes devenus une nation indépendante grâce à un plébiscite », soutenait alors le Fon de Mankon.

Le monarque déclarait, au sujet de la crise anglophone : « Je suis Fon de Mankon. Ne pensez-vous pas que j’ai des problèmes avec les autres Fon du Nord- Ouest? » Nous devrions, expliquait-il, « discuter du problème, trouver une solution et aller de l’avant. La vie est pleine de problèmes et on ne résout pas les problèmes en les fuyant » Dixit le Fon Angwafor de son vivant.

L’un de ses fils, le Pr. Angwafor III Fru, est l’actuel président du conseiller régional du Nord-Ouest après avoir été Directeur général de l’hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé. Chief Angwafor III, qui tire sa révérence une fourchette de jours avant la célébration de son anniversaire, était l’un des amis et l’un des plus proches collaborateurs du Président de la république, Paul Biya. Le Fon de Mankon meurt à l’âge de 97 ans.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles