Camerounactuel

Martinez Zogo à jamais fauché dans les embouteillages

Le corps sans vie du chef de chaine de la radio urbaine Amplitude Fm, a été retrouvé hier 22 janvier 2023 à Ebogo sur la route de Soa. C’est le 17 janvier dernier, que ses proches avaient dé- claré sa disparition mystérieuse. Des témoins non identifiés, confessaient alors un kidnapping orchestré par des hommes en cagoule, information confirmée par le syndicat des journalistes indépendants du Cameroun en SYNAJIC. Martinez Zogo est mort, laissant à sa corporation des souvenirs d’un journaliste téméraire ; engagé et incisif. Adieu l’artiste.

La sortie de l’auberge est définitivement longue au Cameroun en cette fin de week-end. En moins de 48 heures, c’est au total trois personnalités de la scène publique nationale qui ont tiré leur révérence de manière plus ou moins trouble. Gabriel Dodo Ndoké ministre des Mines et du Développement Technologique passé de vie à trépas le 21, Fils Gweha Ikouam ancien entraineur adjoint de la sélection fanion des Lions Indomptables fauché par un accident de la route dans la matinée du 22 janvier 2023. Enfin, le cas Martinez Zogo, dont le corps dénudé, a été retrouvé du côté de Soa aux premières heures de ce même dimanche 22.

Le spectacle inhumain de sa dépouille tuméfiée a fait beaucoup d’émus dans la corporation des journalistes qui demandent d’une voix que justice soit faite sur cette scabreuse affaire.

Selon reporter sans frontières, l’enlèvement du journaliste s’est produit au soir 17 janvier devant la gendarmerie de Nkol-Nkondi, en banlieue de Yaoundé. D’après la même source, un vacarme se serait fait entendre à l’entrée de ladite gendarmerie. Les bérets rouges en présence cette nuit-là, disent avoir découvert le véhicule accidenté de Martinez Zogo avec l’effet d’une carrosserie qui aurait tentée d’enfoncer le portail des lieux.

Au même moment, ils aperçoivent une voiture noire qui s’éloigne rapporte une source crédible. Dans la sphère journalistique, le chef de chaine d’Amplitude Fm était reconnu pour son sarcasme, son ton satirique et ses enquêtes qui mettaient à nu les errances et indélicatesses des personnalités publiques. Cette posture, ne lui évidemment pas fait que d’amis.

Selon certaines révélations, sa mort serait liée à certaines dénonciations du 22 décembre 2022, relatives à l’attribution de plusieurs marchés publics impliquant des hauts commis de l’Etat et de nombreux hommes d’affaires. Lesdits marchés frauduleusement passés, concernerait les chapitres 65, 57 et 94 du budget de l’Etat. A en croire la dénonciation riche en détails effectuée sur les ondes de la radio urbaine Amplitude Fm, ces différents paiements englobaient respectivement les 21 milliards, 17,3 milliards et 8,5milliards F CFA.

« Maestro » comme il se faisait affectueusement appeler par ses proches a été violemment arraché à la vie. Son corps présente des sévices corporels preuve d’une altercation entre ses bourreaux et lui, aura été d’une violence intense et virevoltante.

Dans une note vocale de 41 secondes attribuée à sa famille, l’on peut sentir et percevoir l’immense douleur de sa femme qui ne reverra plus jamais son époux. « Je t’avais déjà dit de laisser ces choses, ces gars sont sans cœur » peut-on écouter de l’audio qui fait actuellement le tour de la toile.

En janvier 2020, l’animateur du programme « Embouteillages » a été détenu au Secrétariat d’Etat à la Défense SED pour cybercriminalité, chantage et atteinte à la vie privée.

La réaction du gouvernement

Suite à la disparition du chef de chaine d’Amplitude Fm, le gouvernement à travers le ministère de la Communication, a indiqué suivre la situation avec tout l’intérêt qu’elle mérite. Selon le communiqué signé du ministre René Emmanuel Sadi, « des instructions ont été données afin que toute la lumière soit faite » sur cette affaire. La correspondance du 20 janvier 2022, avait alors pu éteindre du moins apaiser les esprits surchauffés.

Le choix et l’utilisation des mots a été fait dans une subtilité et une prudence avérée. On écarte la possibilité d’un kidnapping pour laisser voie à l’hypothèse d’une disparition momentanée. Toutefois, le porte-parole du gouvernement confirme que l’animateur n’est ni à son domicile, ni à son lieu de travail.

« C’est le lieu de redire que le gouvernement a toujours eu à cœur de garantir le libre exercice de la profession de journaliste, dans le cadre et le respect des lois et règlements en vigueur, de l’éthique et de la déontologie qui régissent cette profession » a lancé René Emmanuel Sadi dans les colonnes de cette communication gouvernementale.

Aucune formule de réconfort ne pourra le ramener. Il s’en est allé vers un chemin sans retour. Monsieur dès lors, entre dans le registre des éphémérides ; sa disparition, remet au menu des débats, la sempiternelle question de liberté des hommes de médias dans l’exercice de leurs fonctions. Elle remet surtout en centre des débats, la protection de l’intégrité de ces derniers dans le cadre de leur fonction.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi