Camerounactuel

Législatives partielles dans le NoSo: participation timide à l’ouverture des bureaux de vote

Les élections législatives de dimanche ont été relancées timidement dans dix circonscriptions parlementaires de la région du Nord-Ouest du Cameroun. Les appels au boycott par les séparatistes armés ainsi que la peur provoquée par l’épidémie de coronavirus ont provoqué une nouvelle vague de protestations.

Bien que le gouvernement ait interdit les rassemblements de plus de 50 personnes dans le cadre des mesures visant à contenir le Coronavirus qui a enregistré 40 cas positifs, des dizaines d’électeurs ont été repérés dans certains bureaux de vote à Bamenda dimanche 22 mars 2020.

Atanga Nji Paul, ministre de l’Administration territoriale et secrétaire permanent du Conseil national de sécurité, a voté à la Délégation régionale des mines de l’Up-Station Bamenda, aux côtés du gouverneur Lele Lafrique Tchoffo Deben Adolphe et de l’ex-gouverneur Fai Yengo Francis qui dirige la Commission nationale de désarmement, démobilisation et réinsertion des ex-combattants séparatistes et des militants repentis de Boko Haram.

Le commandant de la 5e région militaire, le général de brigade Nka Valère et le commandant de la 5e région de gendarmerie, le général de brigade Ekongwese Divine Nnoko ont également voté à Bamenda.

Alors que Mbayu Felix, ministre délégué auprès du ministre des Relations extérieures chargé des relations avec le Commonwealth a voté à Bamenda, Fongod Edwin, le directeur général des douanes, a voté à Bali.

Après avoir exprimé son vote, le ministre Atanga Nji a appelé tous les électeurs inscrits à faire de même et à accepter le verdict des urnes.

« Tout se passe bien. Le gouverneur de la région m’a donné un rapport sur ce qui se passe. Jusqu’à présent, tout va bien, vous pouvez voir que la population locale a du mal à aller voter parce que c’est un exercice légitime. Tout Camerounais fier de lui devrait aller voter pour ses parlementaires qui iront débattre des lois au Parlement. Le chef de l’État qui a convoqué l’électorat vient de respecter la constitution. Pour l’instant, le programme électoral est respecté. Nous avons eu une évaluation de ce qu’ELECAM a fait dans la région. Tout est en place. Dès 8 heures, les bureaux de vote ont été ouverts. A la fin de la journée, nous aurons un retour d’information ».

« Jusqu’à présent, tout va bien, vous pouvez voir que la région est calme et que les gens votent. Je pense que c’est la meilleure façon d’exercer la démocratie. Ceux qui vont voter votent pour la construction de la nation. Et je pense qu’il est important que nous restions tous républicains et qu’au bout du compte, ce sont les urnes qui décideront de l’avenir des élections et nous devrions tous nous en tenir au verdict », a-t-il ajouté.

La répétition des élections de dimanche fait suite à la décision du Conseil constitutionnel n° 29/SRCER/G/20 du 25 février 2020 d’annuler l’élection des députés dans les onze circonscriptions suivantes : Région du Nord-Ouest – Menchum Nord, Bui Ouest, Mezam Sud, Bui Centre, Bui Sud, Mezam Centre, Momo Est, Menchum Sud, Momo Ouest et Mezam Nord – et Région du Sud-Ouest – Lebialem.

L’annulation partielle des résultats des élections législatives du 9 février 2020 est intervenue après que le SDF, parti d’opposition, ait saisi le Conseil constitutionnel en invoquant des irrégularités qui enfreignaient les lois relatives aux élections dans le pays.

Les avocats et les candidats du SDF avaient demandé au Conseil constitutionnel d’annuler partiellement les élections pour des raisons d’insécurité et de création de centres de vote qui privent leurs électeurs de leurs droits.

Plusieurs sources indiquent que des coups de feu ont été signalés à Batibo (Momo Ouest) et à Mbengwi (Momo Est) alors que les bureaux de vote s’ouvraient timidement.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles