fbpx

Cameroun Actuel

La Coalition des Groupes Fédéralistes et Activistes du Cameroun (CCFGA) défend le fédéralisme comme la meilleure solution pour les régions anglophones

Lors de la conférence de presse virtuelle qui s’est tenue le samedi 30 septembre 2023, la Coalition des Groupes Fédéralistes et Activistes du Cameroun (CCFGA) a affirmé que le fédéralisme reste la meilleure solution pour les régions anglophones du Cameroun touchées par un conflit armé et des défis de gouvernance. Cependant, ils ont insisté sur le fait que bien qu’ils poussent pour cette agenda, seul le peuple peut décider de son destin. « Nous ne sommes pas ici pour prendre des décisions au nom du public, cependant, nous comprenons également l’importance du nombre d’États dans un système fédéral… Les Camerounais décideront de ce qu’ils souhaitent« , a déclaré le coordinateur du groupe, Michael Takie, aux médias.

La CCFGA a reconnu que les manifestations dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest ont commencé comme un moyen d’exprimer la frustration face à la mauvaise gestion de la fédération de réunification et à la résiliation inconstitutionnelle du système fédéral en 1972.

« Ni la séparation ni l’État unitaire ne peuvent résoudre les problèmes qui affectent le Cameroun. Non à la violence et non à l’utilisation de la force, non à une solution militaire », a exprimé le groupe.

Retour à la normalité ?

La coordinatrice de l’événement du groupe, Philomina Cho, a déclaré que « la normalité n’est pas revenue car les forces militaires et autres continuent de violer les droits de l’homme », il est donc temps d’abandonner « les solutions échouées et d’adopter l’option du fédéralisme ».

La séparation, une illusion

La CCFGA a également noté que les séparatistes de l’Ambazonie, qui luttent pour l’indépendance des deux régions anglophones du Cameroun, ne bénéficient pas d’un soutien diplomatique. « Ils ont des chances irréalistes de succès, infligeant des souffrances au peuple camerounais », compliqué par la fragmentation des camps séparatistes avec de nombreux blocages irréparables et des positions contradictoires sur la fermeture forcée des écoles.

Le Secrétaire général de la CCFGA, Dr Ben Akih, a noté que les fédéralistes proposent la création d’une commission vérité, justice et réconciliation pour traiter des crimes et des pertes matérielles subies par les familles de l’ancien Cameroun méridional.

Il a insisté sur le fait que la promotion du fédéralisme doit devenir une force dans l’espace politique, bien qu’ils ne soient pas un parti politique. Le Dr Akih s’est dit préoccupé par l’apathie des électeurs anglophones et camerounais en général, qu’il a également liée à plusieurs irrégularités et à l’absence de cartes d’identité nationales.

Les cartes d’identité devraient être une crise nationale qui exige une solution urgente car les gens peuvent vouloir s’inscrire et voter lors des processus de prise de décision politique mais n’ont pas de cartes d’identité valides, a-t-il insisté.

Interrogé par un représentant de la CNA sur la manière dont la CCFGA compte convaincre les Camerounais anglophones de rejoindre le mouvement, alors que, en 2019, le cardinal Tumi a déclaré que 69% des répondants à une enquête souhaitaient l’indépendance, Michael a rappelé que même si le cardinal Tumi a mené la recherche, il était toujours fédéraliste.

La CCFGA estime que la plupart des personnes qui soutenaient la sécession se sont trompées car c’était au plus fort du conflit.

« C’était au plus fort du conflit et ce que nous disons, c’est que les positions des séparatistes et du gouvernement sont illégales – il y a des preuves que les gens les rejoindront ».

Créée en 2021, la CCFGA espère être pleinement enregistrée au Cameroun en tant qu’organisation de la société civile dont le principal objectif est de mobiliser le soutien des Camerounais de tous horizons pour promouvoir l’agenda fédéraliste et demander des décisions politiques rapides qui ramèneront le Cameroun au système fédéral.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi