Camerounactuel

Emmanuel Macron au Cameroun : les coulisses d’une visite hyper-médiatisée

Arrivée tardive et départ précipité, 10,5 millions de FCFA pour mobiliser les militants du RDPC à l’aéroport de Yaoundé-Nsimalen, les Frankistes en embuscade, les opposants Camerounais en spectateurs… La visite d’Emmanuel Macron, lundi 25 juillet 2022 au Cameroun a livré sa dose de surprises.

Le Rdpc décaisse 10,5 millions pour l’accueil de Macron

Le parti des flammes a voulu réserver un accueil spectaculaire au président français Emmanuel Macron le 25 juillet dernier. Le maire de la capitale politique du Cameroun, Luc Messi Atangana a lancé un appel aux militants du parti au pouvoir, à sortir massivement pour faire la haie depuis l’aéroport de Yaoundé – Nsimalen. Et tout cela a eu un prix : 10,5 millions de francs CFA, c’est le montant de l’enveloppe réservée aux m tants mobilisés pour l’accueil du président de la Ve République.

Selon la note de la délégation permanente départementale du Mfoundi signée par son trésorier général, Gilbert Tsimi Evouna, portant mobilisation des militants de la visite y relative, il faut répartir la manne en sept portions. Notamment, le Mfoundi 1 (1,5 million de F CFA) ; le Mfoundi 2 (1,5 million de F CFA) ; le Mfoundi 3 (1,5 million de F CFA) ; le Mfoundi 4 (1,5 million de F CFA) ; le Mfoundi 5 (1.500.000 FCFA) ; le Mfoundi 6 (1,5 million de F CFA) et le Mfoundi 7 (1,5 million de F CFA) Dans le détail, il est prévu 400.000 francs CFA par section Rdpc et Ojrdpc et 700.000 francs CFA par section Ofrdpc.

C’est donc pendant près de dix heures d’horloge que les militants mobilisés par le Rdpc ont attendu l’arrivée d’Emmanuel Macron dans la soirée du lundi 25 juillet dernier à l’aéroport de Yaoundé – Nsimalen. Le président français effectuait ce voyage sur invitation de son homologue camerounais Paul Biya.

Pour cette première visite à Yaoundé, il faut attiser les flammes pour marquer positivement le chef de l’Etat français qui n’a pas choisi au hasard le Cameroun, allié historique avec lequel la relation a été malmenée entre dossiers économiques cruciaux, influence de la Russie et les enjeux politiques…

Arrivée tardive et départ précipité

Attendu à l’aéroport international de Nsimalen, selon le programme officiel à 22h 00, le président français Emmanuel Macron a finalement atterri avec près d’une heure de retard à l’aéroport international de Nsimalen.

L’Airbus A 330 qui transportait le président français et une forte délégation d’intellectuels, artistes et sportifs camerounais a pourtant décollé à un peu moins de 16h de Paris, mais est arrivé avec plus de 30 minutes de retard. Obligeant le Premier ministre Joseph Dion Ngute et les officiels camerounais à rester plus de temps que prévu à Nsimalen. Les raisons de ce retard n’ont pas été données et le président français a poursuivi sereinement sa visite d’Etat.

Une fois à Yaoundé Emmanuel Macron qui a visiblement plusieurs tours dans son sac a sorti une nouvelle pirouette. Selon le programme officiel, le départ du patron de l’Elysée était prévu ce mercredi 27 juillet à 8 heures 30 minutes, mais Emmanuel Macron a du se raviser, programmant son départ mardi dans la nuit et annulant le diner prévu en son honneur.

S’il n’y a pas eu d’explications officielles à toute cette gymnastique, au sein de l’opinion, les commentaires vont bon train. Certains estiment qu’Emmanuel Macron, qui serait venu au Cameroun pour reconquérir le pays aurait reçu une fin de non-recevoir de la part de son homologue camerounais. Ce qui aurait provoqué sa colère.

Une visite ponctuée de retards

L’un des faits les plus marquants de la visite d’Emmanuel Macron au Cameroun est que celle-ci a été ponctuée par des retards à n’en point terminer. Pendant son séjour qui aura duré moins de 24 heures, presqu’aucune activité n’a respecté les heures inscrites au programme. Emmanuel Macron a atterri avec un retard de près d’une heure temps. Du coup toutes les activités prévues dans la journée du lundi ont accusé un retard.

Dans la journée du mardi, le tête à tête entre Paul Biya et Emmanuel Macron était prévu à 12 heures, les deux hommes se sont rencontrés avec environ 15 minutes de retard. Prévu pour 1 heure de temps, l’entretien entre Emmanuel Macron a duré près d’1 heure 30 minutes. Et la conférence de presse prévue pour 30minutes s’est allongée de 15 minutes.

Péri! sur les ambitions des « Francbistes »

Sortis en grande pompe pour marquer d’une empreinte forte la visite d’Emmanuel Macron, les mouvements fébistes et franckistes qui se revendiquent d’être proche de Franck Emmanuel Biya, le fils du président de la République ont été stoppés net dans leur élan. Sur le long de l’itinéraire qui va de l’aéroport au palais d’Etoudi, des banderoles présentant Franck Biya comme l’homme de la situation ont été placées.

Au niveau de l’aéroport, des centaines de franckistes se sont déportés, pancartes en main pour accueillir le président français. Seulement avant l’arrivée de l’hôte de Paul Biya, alors que les réseaux dénonçaient déjà le passage du pouvoir de gré à gré entre Paul Biya et son fils, l’ordre a été donné de retirer toutes les banderoles placées sur l’itinéraire du cortège officiel. Plusieurs d’entre-eux ont même été arrêtés et placés en garde à vue.

Au sein de l’opinion, plusieurs avis estiment que les autorités administratives font le malin. « Les banderoles de Franck Biya qui ont été placées partout dans le ville de Yaoundé, n’ont pas été placées en cachette. On les a laissés et il a fallu que les dénonciations commencent pour qu’on fasse semblant de détruire les banderoles », dénonce un militant du Parti Camerounais pour la Réconciliation Nationale.

Défis Actuels

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi