Camerounactuel

Crise anglophone : comment l’armée a tué 9 civils dans la Région du Nord-Ouest

Le ministère de la Défense a reconnu ce jour, par voie de communiqué, qu’une patrouille a tiré, dans la région en crise du Nord-Ouest, sur une foule entrainant la mort de neuf civils, « à savoir 4 femmes, 4 hommes et une fillette de 18 mois ».

En plus des 9 morts, l’armée rapporte qu’une fillette d’environ 12 mois a été légèrement blessée. Le drame est survenu le 1er juin dernier vers 18h30 dans le village de Missong, département de la Menchum, informe le chef de la division de la communication du ministère de la Défense, le capitaine de vaisseau Cyrille Atonfack.

Lire le communiqué parvenu à notre rédaction

« Le Ministère de la Défense communique : dans la soirée du mercredi 1er juin 2022, aux environs de 18h30mn, un malheureux incident a provoqué la mort de plusieurs civils dans la localité de MISSONG par ZHOA, Arrondissement de FUNGOM, Département de la MENCHUM, Région du NORD-OUEST.

En effet, 04 (quatre) des 07 (sept) éléments des Forces de Défense et de Sécurité du Sous-groupement « Bravo », aux ordres du Commandement du 53e Bataillon d’infanterie Motorisé (53e BIM), détachés au Poste avancé de ABAR, et de retour d’une patrouille, ont immédiatement été redéployés dans le village MISSONG, en mission de recherche d’un camarade porté disparu. En pleine nuit de battue, ces derniers vont se heurter à un groupe de villageois survoltés.

Dans une réaction inappropriée, inadaptée à la circonstance et manifestement disproportionnée par rapport au refus de coopération des villageois hostiles, et craignant le pire pour eux-mêmes et leur camarade disparu, les soldats, dans une réaction précipitée d’auto-protection, et au mépris du sacro-saint principe de précaution, vont faire usage de leurs armes de dotation.

Le bilan de cette méprise est de :

– 09 (neuf) villageois mortellement touchés, à savoir 04 femmes, 04 hommes et une fillette de 18 mois, tous inhumés dès le jeudi 02 juin par les habitants ;

– 01 (une) fillette âgée d’environ 12 mois légèrement blessée et transférée au District General Hospital de WUM pour prise en charge appropriée.

Le ministre Délégué à la Présidence chargé de la Défense regrette profondément ce grave et malheureux incident et adresse ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes durement éprouvées.

Comme mesure conservatoire, les 04 (quatre) militaires du Poste avancé de ABAR engagés dans la patrouille de recherche du mercredi 1er juin 2022 ont été démobilisés, extirpés de la zone et mis aux arrêts à la Compagnie de Gendarmerie de Bamenda.

L’enquête immédiatement ouverte par les autorités administratives et judiciaires locales, et les Forces de Défense et de Sécurité, permettra de faire toute la lumière et de préciser les contours et les responsabilités de cette regrettable méprise, qui fera l’objet d’un traitement légal rigoureux et de communications d’étapes régulières ». 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles