Camerounactuel

Coronavirus : Douala, la ruée vers la chloroquine

Plus de cent sollicitations de ce médicament sont formulées au quotidien dans les pharmacies, par des usagers aussi en quête de quinine et d’érythromycine.

La chloroquine. C’est de loin le médicament le plus sollicité dans les pharmacies de Douala ces derniers jours. Les usagers qui défilent devant les comptoirs se renseignent sur la disponibilité de ce médicament qui, selon eux, est efficace contre le coronavirus. L’i’ntérêt pour l’acquisition de ce médicament est si fort que les officines enregistrent chacune plus de cent demandes par jour.

« Ils sont plus de cent chaque jour à demander de la chloroquine. Presque tous les clients en demandent. Même ceux qui viennent juste pour se ravitailler en cache-nez demandent la chloroquine. Mais il n’y en a pas», fait savoir l’une des jeunes dames en service à la pharmacie du centre au quartier Akwa. En l’absence de la chloroquine, elle indique que les clients se ruent vers l’équivalent, à savoir la quinine,

A la pharmacie des Portiques, le nombre de demandes en chloroquine est aussi très élevé. « Nous recevons énormément de demandes. Mais malheureusement c’est un médicament qui a été retiré du marché il y a une vingtaine d’années», fait savoir Dr. Nkami T. Le professionnel de santé explique que ledit médicament a été retiré du marché pour la simple raison qu’il n’était plus efficace contre le paludisme.

« Il y avait des médicaments qui marchaient mieux. Le Cameroun fait partie de ces pays qui forment ce qu’on appelle la zone chloroquino résistante au paludisme. Et même si la chloroquine était encore disponible, il s’agit d’un médicament qui est vendu strictement sous ordonnance, apprend-on.

Coronavirus

Cette forte demande dans les pharmacies fait suite à la circulation des messages sur les réseaux sociaux, qui relèvent que la chloroquine est efficace contre le Coronavirus. A la pharmacie des portiques, on a pris l’option d’expliquer à chacun des demandeurs qu’il n’y a aucune preuve scientifique qui le démontre.

«L’effervescence sur les réseaux sociaux est liée à une étude du Prof Didier Raoult qui s’est faite uniquement sur 24 patients. Cet échantionnage est très faible. Il faut préciser aussi que cette étude a été faite sur l’hydroxide chloroquine qui n’est pas exactement la même chose. Il faut attendre les résultats d’autres études poussées, notamment l’étude discovery qui est faite actuellement en Europe sur 3200 patients. Après six semaines je pense, on aura des résultats qui vont confirmer l’efficacité de la chloroquine ou pas», conseille Dr. Nkami.

Dans son étude, le Prof Didier Raoult a utilisé deux molécules, la chloroquine et l’érythromycine. L’érythromycine est également demandée abondamment dans les officines à Douala. Il s’agit d’un antibiotique généralement utilisé pour les problèmes respiratoires. « Il aurait eu de bons résultats. C’est un antibiotique qui marche très bien sur les infections bactériennes. C’est un antibiotique de.réserve. Si les gens consomment massivement cet antibiotique, ça va créer des résistances et on sera aussi obligé de retirer du marché », prévient Dr. Nkami.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi