Camerounactuel

Conquête du pouvoir : les armes du grand Nord

Dans un câble diplomatique, Amadou Ali affirmait que le Nord soutiendrait Paul Biya tant qu’il sera au pouvoir, mais n’accepterait pas que le pouvoir reste au Sud. Aboubacar Ousmane Mey, sous la bannière des fils et filles éclairés du Grand-Nord, vient de lancer un nouveau mémorandum aux revendications nombrilistes. Avec pour seul programme : chasser Biya du pouvoir. Le septentrion fourbit ses armes pour le grand soir. Insidieusement.

C’est un véritable brûlot. L’activiste, l’acteur de la société civile et le politique en mal de reconnaissance, déverse toute sa bile sur le pouvoir en place.

Ses sujets de prédilection : le sous-développement criard du Grand-Nord et l’absence des infrastructures sociales de base, le retour au bercail des restes d’Ahmadou et de Germaine Ahidjo, la réhabilitation des rescapés et des condamnés et autres exécutés du coup d’Etat du 6 avril 1984 à la lumière de la loi d’amnistie votée en 1991, l’évacuation sanitaire de Marafa Hamidou Yaya, Amadou Valmouké et lya Mohamed, dont l’état de santé est critique… Les instances judiciaires et les défenseurs des droits de l’homme ayant reconnu que leurs arrestations étaient arbitraires.

Aboubacar Ousmane Mey, plaide pour une restitution des biens confisqués des fils du Grand- Nord impliqués dans le coup d’Etat du 6 avril 1984. Il porte le fer sur les blessures récentes de l’histoire du Cameroun et surfe sur la fibre sensible des originaires du Grand-Nord.A trois ans de la présidentielle de 2025, et au moment où les rumeurs sourdes annoncent une présidentielle anticipée, ce nouveau mouvement n’est pas fortuit.

Sous un air revanchard, il énonce les rancoeurs des fils et des filles du Nord vis-à-vis du pouvoir en place au-delà des apparences. A l’instar du mouvement « 10 millions de nordistes” de Guibaï Gatama, il fédère en transcendant les clivages ethniques et religieux.

En 2018, Aboubacar Ousmane Mey lance l’Alliance nationale Camerounaise (Ane) avec pour seul programme, faire partir Paul Biya du pouvoir. Ce Kotoko, fiIs de l’ancien gouverneur, Ousmane Mey, éternel Pca de la Cnps jusqu’à sa mort, est né sur les dorures du pouvoir d’Ahmadou Ahidjo à Paul Biya.

Son jeune frère a été propulsé au gouvernement à des postes stratégiques, du Minfi au Minepat. Sa dissidence envers le pouvoir, traduit, au-delà des problèmes d’épanouissement personnel, le positionnement pouvoiriste du Grand-Nord.

Dans un câble diplomatique Amadou Ali affirmait que le Nord soutiendrait Paul Biya tant qu’il sera au pouvoir, mais n’accepterait pas que le pouvoir reste au Sud.Tout un programme ! Le Grand-Nord affûte ses armes insidieusement pour le grand soir.

L’Indépendant

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles