fbpx

Cameroun Actuel

Condamnation ferme des attaques contre les civils par les séparatistes à Buea

Le Centre pour les droits de l’homme et de la démocratie pour l’Afrique (CHRDA) et l’évêque du diocèse de Buea, Michael Miabesue Bibi, ont condamné le ciblage des civils par les combattants séparatistes d’Ambazonia.

Les organismes de défense des droits de l’homme et religieux ont réagi à une récente attaque orchestrée par les séparatistes à Buea, siège de la région du Sud-Ouest en crise.

Au cours de l’attaque, les séparatistes ont incendié quatre véhicules, grièvement blessé un homme et tué Musonge Derick, originaire du village de Bova à Buea.

Dans un communiqué daté du 30 janvier 2024, l’évêque Michael Bibi a vivement condamné la violence, déclarant que l’attaque était inacceptable.

Il a également exprimé ses condoléances les plus sincères à la famille et aux amis du défunt et envoyé des encouragements à ceux qui ont été blessés.

Les actes de violence, a-t-il déclaré, « sont inacceptables et nous les condamnons de la manière la plus ferme ».

Il a ajouté : « En ce moment douloureux, nous devons nous rassembler en tant que communauté et trouver du réconfort dans notre foi. C’est seulement à travers notre foi inébranlable que nous trouverons à la fois l’espoir et le courage de faire face aux incertitudes qui nous entourent. »

Dans un communiqué séparé, le CHRDA a vigoureusement condamné l' »attaque barbare et inhumaine et le meurtre d’au moins un civil par des séparatistes armés à Buea ».

L’organisation, qui a joué un rôle essentiel dans la documentation des cas d’abus des droits de l’homme dans les régions anglophones, a déclaré que l’attaque récente viole le droit international.

« Compte tenu du fait que ces attaques violent le droit international des droits de l’homme et le droit international humanitaire, le CHRDA condamne ces attaques barbares perpétrées par les combattants séparatistes et appelle les leaders séparatistes à exhorter leurs combattants à cesser d’attaquer les civils et les biens civils et à respecter les normes des droits de l’homme et du droit international humanitaire », a déclaré l’organisation.

L’attaque a été perpétrée par un groupe appelé les « Mountain Lions of Fako », contrôlé par le leader séparatiste basé en diaspora, Samuel Ikome Sako.

Le groupe a revendiqué la responsabilité de plusieurs autres atrocités à Buea et dans la division de Fako par le passé.

Les habitants des régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest subissent depuis près de sept ans d’énormes atrocités de la part des combattants séparatistes et des forces gouvernementales.

Les séparatistes ont commis des exécutions sommaires, des enlèvements, des tortures, des villes mortes et des boycotts scolaires, provoquant le déplacement de milliers de personnes.

Pendant ce temps, la police et l’armée ont été accusées d’incendie criminel, de déplacement forcé de civils, de meurtre, de viol, de torture et d’arrestations et détentions arbitraires.

Au milieu de cette violence sans fin, des groupes de défense des droits de l’homme comme le CHRDA ainsi que des organismes religieux comme l’Église catholique appellent continuellement le gouvernement camerounais à dialoguer avec les séparatistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi