Camerounactuel

Complexe sportif d’Olembe : la Task Force peut-elle livrer le chantier de Paul Biya ?

Si une partie du stade a été livrée pour permettre le déroulement de la Can, il reste à faire pour que le Complexe sportif d’Olembe montre son visage définitif. Dans le même temps, les fonds affectés à la Task Force ont été consommés. L’entreprise- maître d’œuvre a démobilisé le chantier tandis que sous- traitants et fournisseurs de Magil procèdent à la saisine des comptes et des institutions judiciaires.

Depuis Le lieu dit échangeur, sur t’axe reliant la ville de Yaoundé aux régions de l’Ouest et du Nord-Ouest, l’on aperçoit le stade d’Olembe. infrastructure centrale du Complexe sportif d’Olembe réalisée au forceps, selon de nombreux observateurs. Le stade livré dans des circonstances particulières, à ta veille de ta 33e Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021 qui s’est déroulée du 9 janvier au 6 février 2022 n’est pas, lui-même, achevé.

Au-delà de ta vue prenable de ta structure centrale, reste à achever le centre commercial de 14 mille mètres carrés avec des restaurants et 22 boutiques, l’hôtel quatre étoiles de 70 places et un musée qui sont parties intégrantes. Infrastructure qui constitue la première phase d’implémentation du Complexe sportif d’Olembe. Soit environ 40% du projet global.

Le Complexe sportif d’Olembe (Coso), dédié au président de la République, pour justifier son appellation et les termes de référence contenus dans son descriptif initial attend encore la construction des gymnases, des piscines olympiques de mille places chacun, quatre courts de tennis. A cela s’ajoute un terrain de handball et un autre de basketball. Tout à côté, un palais des sports de combat.

«C’est (’ensemble de ces infrastructures qui devait coûter 163 milliards de Francs Cfa. Aujourd’hui il nous coûtera 168 milliards de Francs Cfa. Ce nouveau coût est lié au fait que lorsque Piccini quitte le chantier en 2019 il a déjà consommé 113 milliards sur les 163.» Expliquait le chef de projet de suivi à l’achèvement des travaux du Complexe sportif d’Olembe, Eloi Cyrille Tholot, dans une interview accordée à Le Messager.

Coût et consommation

La même source soutient qu’un autre financement de 55 milliards de Francs a été mis à ta disposition de t’entreprise maître d’œuvre Magjl pour la finition des travaux de construction du chantier du Complexe sportif d’Olembe.

«Entretemps, l’Etat a apporté un appui exceptionnel de 10.3 milliards de Francs Cfa. il s’agit de 6.3 milliards de Francs Cfa de fonds de contrepartie et 4 milliards de prêt relais à la société Magil. Cet argent a permis de faire avancer les travaux. A ce jour le stade est achevé à 90 pour cent.» Dans tes faits, plus de 80% de l’enveloppe destinée à ta construction du Complexe sportif d’Olembe ont été reversés à t’entreprise Magil. Dans le même temps, moins de ta moitié du chantier a été exécutée.

En valeurs réelles, le contrat signé entre l’Etat du Cameroun et t’entreprise Magil, pour la construction du Complexe sportif d’Olembe est officiellement estimé à 55 milliards de Francs Cfa. En date du 31 décembre 2021, t’entreprise canadienne à déclaré avoir consommé 54 milliards de t’enveloppe.

Dans la réalité, la Task Force a déjà reversé 42 milliards de Francs Cfa dans tes comptes de t’entreprise. Et, soulignent des sources proches du dossier, t’entreprise canadienne exige le versement de 12 milliards de Francs Cfa dans ses comptes. Une exigence à laquelle s’est opposé le ministère des sports et de l’éducation physique (Minsep), maître d’ouvrage du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe.

Sous cape, des sources proches du ministre des sports et de l’éducation physique, Narcisse Mouetle Kombi explique que «le maître d’ouvrage exige de Magil (a production des justificatifs sur l’utilisation des sommes préalablement versées.» D’autant que, indiquent les mêmes sources, «de nombreux travaux spéciaux ont été commandés aux sous-traitants disponibles par le Minsep à la veille de la compétition pour pallier aux manquements observés dans (’exécution du cahier de charge de Magil.

Chantier démobilisé

Le 9 février 2022, au lendemain de la clôture de ta Coupe d’Afrique des nations (Can) de football qui s’est déroulée du 9 janvier au 6 février 2022, le ministre, secrétaire général de la présidence de ta République, Ferdinand Ngoh Ngoh, par ailleurs coordonnateur de ta Task Force instituée pour conduire à bon port le chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe, annonçait la reprise imminente des travaux d’achèvement de ce chantier. Une rencontre qui intervenait après cette des sous-traitants du Complexe sportif d’Olembe, Le 30 décembre 2021. Rencontre au cours de laquelle ta Task Force demandait aux sous-traitants de «faire quelques sacrifices afin que le stade puisse accueillir la compétition.»

Un mois plus loin, ta réalité est différente. Le chantier de construction de l’infrastructure dédiée au chef de l’Etat, Paul Biya, est à l’arrêt. Motifs : défaut de paiement des fournisseurs, manque de matériels, absence de notification officielle, caducité des contrats ainsi que la pression des banques, des employés et de leurs partenaires.

Le préambule le plus récent débute avec le changement de dénomination de t’entreprise Magil qui devient, sans préavis Fma-FayoLLe-Magil. Dans tes faits, le contrat de construction du Complexe spor- tif d’Olembe lie l’Etat du Cameroun à t’entreprise Magil. Aussitôt ta dénomination changée, la nouvelle entreprise exige que les sous-traitants de Magjl reprennent leurs factures.

Dans le même temps, le directeur de projet en poste, Jean Fradique est limogé par ta direction de t’entreprise. Entre temps, ta majorité des cadres de Magil retournent au Canada et le matériel de travail ainsi que les véhicules de l’entreprise sont sortis du site d’Olembe. Du coup, il plane un vent de suspicion chez les sous-traitants de t’entreprise Magjl.

Saisies conservatoires

Sous-traitant de t’entreprise Magil, parmi tes plus en vue, sur le chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe, t’entreprise française Razet procède à ta saisie conservatoire des comptes de t’entreprise canadienne Magjl dans de nombreuses institutions bancaires (Bicec, Bgfi Bank, Af ri land first Bank, Sgc, Standard chartered Bank, Ecobank, Scb Cameroun, Ceti Bank et Uba). L’entreprise Razel qui notifie le gouvernement camerounais indique réclamer à son partenaire Magil le paiement des factures évaluée à 17 milliards de Francs Cfa.

Dans le même temps, un vent de colère bruisse chez tes sous-traitants locaux de Magil qui lui réclament le paiement des factures cumulées de deux milliards de Francs Cfa. Idem des fournisseurs qui, eux aussi, exigent à Magjl le paiement des factures d’un peu plus de 12 milliards de Francs Cfa. Sur te terrain des grèves contenues sont enregistrées. Néanmoins, certains envisagent introduire des recours auprès des institutions judiciaires pour rentrer dans leurs frais.

Reprise hypothétique

Sur Le terrain, difficile de rencontrer tes cadres de l’entreprise Magil. Pourtant à la fin du mois de décembre 2021 le vice-président exécutif de t’entreprise Magil, Franck Mathière indiquait, dans une correspondance adressée aux sous-traitants et au ministre des sports et de l’éducation physique (Minsep), Narcisse Mouelle Kombi, par ailleurs maître d’ouvrage du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe que «Dès la fin de la Can Total Energies 2021, la mobilisation sur site vous sera notifiée pour la reprise des activités de construction et de levée des réserves.» Communication sans suite un mois après ta clôture de la 33e édition de la Can.

Nos tentatives pour joindre le patron de ta branche camerounaise de l’entreprise sont restées vaines. Pourtant, les interlocuteurs rencontrés au sein de t’entreprise indiquent que «Seul le vice-président, Franck Mathière, peut apporter des réponses à vos questions.»

De passage au Cameroun, Le vice-président exécutif de Magil a été reçu Le 17 février 2022 par le secrétaire général de la présidence de la République et coordonnateur de ta Task Force, Ferdinand Ngoh Ngoh. Rencontre au terme de laquelle aucune déclaration n’a été faite sur le début de ta deuxième phase de construction du Complexe sportif d’Olembe.

Dans l’esprit de ta confidence, des employés de l’entreprise de droit canadien soufflent que «le boss connaît quelques difficultés judiciaires avec la justice ukrainienne.» Juridictions saisies par l’Etat nigérian suite à des démêlés avec le patron de l’entreprise Magjl.

Infrastructure à moitié réalisé

Au sein de l’entreprise Magjl et chez ses partenaires, l’on reconnait qu’il reste à faire pour que te Complexe sportif d’Olembe montre son visage définitif. « Il y a encore près de 60% des travaux à faire pour que le complexe donne son visage définitif. Même le centre commercial et l’hôtel qui sont logés dans l’infrastructure principale (le stade principal, Ndlr) ne sont pas achevés.»

De sources concordantes, t’entreprise canadienne a reçu au moins 90% de t’enveloppe prévue pour ta construction du Complexe. Outre les appoints circonstanciels apportés par l’Etat du Cameroun, Magil déclare avoir consommé 54 milliards de Francs Cfa sur les 55 milliards destinés à la construction du Complexe sportif d’Olembe alors que le stade seul n’est pas achevé.

Dès lors. Les regards sont tournés vers ta Task Force initiée «pour garantir la gestion des fonds et la finalisation du Complexe sportif d’Olembe.» Dans la kyrielle de questionnements que suscite l’état des lieux actuel sur ce chantier, celte de la disponibilité des fonds est récurrente.

En annonçant La reprise de ta phase 2 du chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe, le coordonnateur de la Task Force avait-il conscience du déficit financier perceptible alors que seule la construction du stade n’est pas achevée ? En toile de fond, ta Task Force peut-elle garantir au chef de l’Etat ta livraison du Complexe dont il a rêvé ?

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles