Camerounactuel

Chan 2021 : le stade de Ngoa-Ekellé hors-jeu

C’est le constat fait par le ministre des Sports à l’issue de la visite des infrastructures devant abriter la compétition dans le site de Yaoundé hier, 19 août 2020.

Le stade de Ngoa-Ekellé de Yaoundé, initialement retenu par la Confédération africaine de football (Caf) comme terrain d’entraînement pour le Chan 2021 ne le sera plus. Il ne présente des allures de stade que vu de l’extérieur. A l’intérieur, l’on a plutôt un grand hôpital construit en chapiteaux sur la pelouse jadis verdoyante. La conjoncture sanitaire avec la pandémie du Covid-19 qui a ébranlé le monde entier a contraint le Gouvernement à y prévoir un centre de près de 1700 lits pour accueillir d’éventuels malades de Covid-19.

Sauf que, pour leur prochaine visite, les inspecteurs de la Caf ne verront plus en cette infrastructure un stade de football aux normes internationales. En moins de cinq mois du coup d’envoi du Chan 2021, il n’y a aucun miracle à faire pour remettre ce stade de Ngoa-Ekellé aux normes Caf, surtout en ce qui concerne sa pelouse ; même si au demeurant, les prévisions faites ayant présidé à la configuration de ce stade en hôpital, ne se sont pas réalisées. A ce jour d’ailleurs, et selon les informations recueillies sur place, l’on dénombre cinq malades infectés de Covid-19 internés dans cet hôpital de circonstance. Le Cameroun aurait pu dans ces conditions, se trouver en difficultés. Mais, des solutions pour palier à cette indisponibilité du stade de Ngoa-Ekellé se sont imposées d’elles-mêmes, avec un embarras de choix.

Le terrain de la Beac où le Pr Narcisse Mouelle Kombi, le ministre des Sports, Nasseri Paul Bea, le Gouverneur de la région du Centre et par ailleurs président du Comité des sites de Yaoundé, et la délégation qui les accompagnait, se sont rendus, l’on a noté plusieurs travaux à parfaire. L’aire de jeu verdoyante lors de la dernière visite au mois de juin, a laissé plus de place à du sable fin visible sur la moitié de la superficie. Le rèsponsable de l’entreprise Atlas, chargée des travaux a indiqué qu’il a été question de charger du sable sur la pelouse pour obtenir un bon nivellement. Promettant que dès l’arrosage, la poussée du gazon sur cette moitié du terrain sera bien visible. De même, les travaux dans les vestiaires ici attendent les finitions, avec les installations du mobilier.

Les stades annexes d’OIembe comme solution

C’est à Olembe que la délégation a mis assez de temps. D’abord, pour une réunion qui a duré plus d’une heure à huis-clos. C’est du Complexe sportif d’OIembe que viendra la solution pour palier à l’indisponibilité du stade de Ngoa-Ekellé comme terrain d’entraînements. Selon des indiscrétions, il a été question pour le ministre des Sports, de s’accorder avec l’entreprise Magil, pour la finition totale des deux stades annexes. Ceci permettrait de les présenter à la Caf lors de la prochaine visite de ses inspecteurs au Cameroun, en prélude au Chan 2021. « Le Covid a pris tout le stade militaire (stade de Ngoa-Ekellé, ndlr). C’est pour cela qu’on est en train de bousculer Magil pour obtenir les deux stades annexes d’OIembe pour l’entraînement. Si on a les deux terrains d’entraînements à Olembe, plus les deux stades annexes, c’est suffisant pour le Chan », nous confie une source proche de ces pourparlers.

Les deux stades annexes du Complexe sportif d’OIembe frappent à l’œil dès l’arrivée dans le site, par rapport à la dernière visite du 23 juillet dernier. Ils affichent fière allure, avec des grilles métalliques de couleur blanche qui ont été installées dans leurs pourtours. Le gazon est verdoyant sur l’aire de jeu, avec des tribunes prêtes. Sauf que les mats d’éclairage ne sont pas encore fixés. « Les vestiaires sont terminés dans les deux stades d’entraînements. Le matériel d’éclairage est déjà au Cameroun. Il sera transporté sur le chantier la semaine prochaine. Il s’agit de huit mats, à savoir quatre par stade. Magil promet de les installer en huit jours. Mais le ministre pense que 2022, ce n’est pas 2050 », nous a indiqué notre informateur.

Si le problème des stades d’entraînements trouve sa solution avec la livraison des deux terrains annexes du Complexe sportif d’OIembe, il y a lieu de noter qu’après le Chan 2021, l’on n’aura plus assez de temps pour préparer la Can 2022. D’où la nécessité d’avoir, compte tenu du fait que la ville de Yaoundé abritera deux poules, de disposer de tous les terrains d’entraînements. L’hôpital construit sur l’aire de jeu du stade de Ngoa-Ekellé, très apprécié par les inspecteurs de la Caf, devrait déménager, selon les observateurs pour permettre une réfection en vue de préparer la grand-messe du football africain qu’est la Can 2022. Le nombre de malades internés dans ce centre (moins de dix) plaide, pour que cette infrastructure redevienne l’arène du foot qu’elle était.

De 1200 à 2000 ampoules pour l’éclairage du stade Ahmadou Ahidjo

Le passage du ministre des Sports au stade Ahmadou Ahidjo n’était pas anodin hier. L’on sait que depuis 2016, à l’occasion de la Can féminine de football, ce stade est prêt à accueillir le Chan. Sauf qu’il a été question pour le président du Cocan 20-21 de se rassurer que certaines exigences des inspecteurs de la Caf ont été satisfaites. Notamment, la question d’éclairage. La Caf avait jugé le nombre de 1200 ampoules insuffisants et avait recommandé de passer à 2000. En quatre mois, ce travail a été fait. De même, tous les espaces médias ont été repris tels, le centre de presse, salle de conférence par l’entreprise Optimum. Quant à la tribune de presse et les postes commentateurs, prouvent d’énormes difficultés à travailler quand ils y sont installés. A partir de la quatrième rangée de sièges, il n’est plus possible de voir l’aire de jeu. La toiture en perciglasse qui y avait été érigée après la réhabilitation du stade en 2016, constituant un véritable écueil. La solution proposée avait été de détruire cette charpente et de construire une baie vitrée pour permettre la visibilité de l’aire de jeu, quelle que soit la position occupée par à journaliste à cette tribune. Les travaux vont commencer d’un moment à l’autre, mais pas pour le Chan. L’entreprise Optimum a fait la promesse pour la Can 2022.

Source : le quotidien Le Jour n°3240

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles