Camerounactuel

Ce qu’il faut retenir de la visite de Macron au Cameroun

Au Cameroun, Emmanuel Macron a parlé de sécurité mais aussi de l’action de la France durant la période coloniale dans le pays.

C’est un agenda chargé de questions d’ordre politique qu’Emmanuel Macron aura connu pendant les deux jours de visite à Yaoundé.

Une visite que différents cercles de la vie politique camerounaise attendaient, espérant que le chef de l’Etat français puisse évoquer certaines questions préoccupantes.

La crise anglophone

Macron au Cameroun est d’abord revenu sur la question sécuritaire car les attaques de Boko Haram sont fréquentes dans le nord du pays. Il promet que la France restera « aux côtés des pays du bassin du lac Tchad pour les aider à lutter contre les terroristes qui endeuillent depuis tant d’années l’Extrême-Nord du Cameroun ».

Durant la conférence de presse avec son homologue camerounais Paul Biya, le président français a à peine évoqué la crise anglophone , déclarant qu’il fallait une concertation des parties concernées pour une sortie de crise.

Sarah Derval, fondatrice et directrice de Hope of Africa, une ONG de défense des droits des enfants et des femmes dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest anglophones, ne semble pas enthousiasmée par le discours de Macron. Elle pense que « ce sont des paroles de politiciens. S’ils veulent parler d’insécurité, c’est vrai que tout le Cameroun est en insécurité, mais plus particulièrement le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Il ne peut y avoir qu’une solution à ce problème : le dialogue avec le gouvernement, une solution que ce dernier a refusée ».

Travail mémoriel sur le passé colonial

Le passé colonial entre la France et le Cameroun a eu sa place aussi. Emmanuel Macron a demandé à des historiens de « faire la lumière » sur l’action de la France au Cameroun pendant la colonisation et après l’indépendance de ce pays.

« Je souhaite que nous puissions avoir et lancer ensemble un travail conjoint d’historiens camerounais et français qui pourront ainsi avoir accès à la totalité de nos archives qui nous permettrons d’éclairer ce passé », a déclaré le chef de l’Élysée

Parmi d’autres sujets que la classe politique aurait souhaité voir abordés par Emmanuel Macron, il y a la libération des nombreux prisonniers politiques du pays. Mais le président Français a ignoré ce sujet avec son homologue Paul Biya qui est au pouvoir depuis 40 ans.

DW

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi