Camerounactuel

Un gang de quatre repris de justice interpellé à Bafoussam

Ils étaient spécialisés dans les braquages dans les villes de Bafoussam ? Bandjoun, Baham et Dschang, notamment.

Claude Faha, alias Adébayor, âgé de 32 ans, est désormais captif dans les nasses de la police. L’infortuné, » chef d’un gang de présumés malfrats a été interpellé à Yaoundé, dans le Centre, le 29 mai dernier, par les éléments de la Division régionale de la police judiciaire de l’Ouest. Son exploitation a permis de mettre la main sur ses complices dont l’âge varie entre 28 et 44 ans. Ils étaient en possession de trois armes et de munitions.

Après leur apparition en public le 9 juin dernier, ils sont passés aux aveux, par devant les tribunaux des céans, avant d’être à nouveau déférés. Surtout qu’ils traînent par devers eux, des casseroles; du fait de leur casier judiciaire déjà noircit par leur situation de repris de justice.

Au menu de leur butin, la moisson a été plutôt abondante: le braquage d’une société brassicole en plein jour dans la ville de Dschang, où les bandits ont emporté une somme de près de 28 millions de Fcfa. Pour ce qui est de leur modus operandi, leur antidote qu’est la police, en sait quelque chose.

« Nous sommes au cœur de plusieurs cas de braquages dans les localités de Bafoussam, Bandjoun, Baham, Dschang, etc. Et ces malfrats ne résident pas dans leur ville d’attaque. Ils ont un agent de renseignement qui fait le tour, cible, identifie, étudie les différentes personnes ou institutions à braquer. Ça peut être des personnes physiques ou morales qui tombent dans leur collimateur », relate le commissaire de police.

Michel Nkaké Békombo, par ailleurs coordonnateur de la brigade anti-criminalité au sein de cette unité de sécurité. Entre-temps, les hommes en béret se disent déterminés à tordre le cou à l’insécurité grandissante.

Mais cette opération n’est possible que si les communautés locales redoublent de vigilance. « Je continue toujours de dire à la population d’être en étroite collaboration avec la police, parce que nous sommes à leur service », recommande le Commissaire divisionnaire.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles