Camerounactuel

Torture : Sébastien Ebala traîne le Colonel Bamkoui et cie devant la justice

L’activiste Sébastien Ebala a décidé, cette fois-ci, de laisser le champ médiatique pour se défendre devant les juridictions. Il a saisi le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire de Yaoundé contre le Colonel, l’État du Cameroun et cie. Il reproche à ces derniers de l’avoir torturé et de le menacer parce qu’il a exprimé ses opinions.

En effet, selon des documents que la rédaction de camerounweb.com a parcourue, l’activiste Sébastien Ebala a déposé par le truchement de l’ONG Mandela Center International, une plainte au Tribunal militaire de Yaoundé contre le célèbre Colonel Émile Joël Bamkoui Chef de la Division de la Sécurité Militaire au ministère de la défense le 2 août dernier pour « Torture, Menaces etc ».

Outre le Colonel, l’activiste poursuit également l’État du Cameroun (ministère de la défense, civilement responsable) et certainss éléments en service à la division de la sécurité militaire au ministère de la défense et consorts non encore identifiés pour les mêmes motifs.

Précisons que depuis sa sortie de prison le 27 mai 2022. l’activiste Sébastien Ebala affirme qu’il fait l’objet de menaces envers son intégrité physique de la part du Chef de la Division de la Sécurité Militaire (SEMIL), le colonel Joël Émile Bamkoui. Ces menaces interviennent après les révélations de Ebala sur des actes de torture subis en détention en 2020.

Relativement à tout ceci, Le groupe d’intervention judiciaire SOS-Torture en Afrique (GIJ) fondé par l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) a invité les autorités camerounaises à diligenter une enquête impartiale et indépendante sur ces allégations et à accorder à Sébastien Ebala la protection due aux victimes et aux témoins de torture. Le GIJ s’est réservé le droit de saisir le comité des Nations Unies contre la torture si ces actes restent impunis.

Dans une vidéo en circulation. Sébastien Ebala a confié que après sa sortie de prison et après la dénonciation des actes de torture qu’il y a subis, il a reçu des appels du colonel Joël Émile Bamkoui menaçant de l’arrêter à nouveau pour le torturer.

«Le 22 juin vers 17 h30. il m’a appelé pendant 10 minutes et ma menacé devant ma femme et mes enfants. Il ma dit : « Tu vas retourner en prison. Je vais m ‘occuper de toi. et ce sera pire que la dernière fois. Tu es qui pour parler de moi ? tu es déséquilibré et tu verras ce que tu mérites. » C’était effrayant», a relaté Sébastien Ebala.

Depuis 2019. M. Ebala fait des vidéos en ligne pour dénoncer les violations des droits humains au Cameroun. Ces assertions lui ont valu d’être arrêté et torturé pendant des heures puis maintenu en garde à vue pendant 41 jours sans aucun contact avec le monde extérieur dans une cellule insalubre et dans des conditions inhumaines. Il a ensuite été condamné à deux ans d’emprisonnement ferme pour « propagation de fausses nouvelles et outrage au président ».

Le témoignage de M. Ebala sur la torture dont il a été victime est particulièrement inquiétant. Il existerait un espace derrière le bureau du commandant de la SEMIL appelé le “Labo », qui lui servirait de lieu de torture. Ces allégations font écho à d’autres témoignages en circulation.

Cameroun Web

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi