Camerounactuel

Samuel Eto’o à la Fécafoot : Marlène Emvoutou annonce une grève de la faim

L’annonce a été faite ce 20 septembre sur son compte Facebook suivi par plus de 9000 personnes.

La raison de cette grève est clairement indiquée par l’ex employée de la CRTV et dirigeante de club de football désormais installée en France « Je vous annonce solennellement que j’entame une grève de la faim qui prendra fin à la minute où Tchatchouang Yonzou montrera son doctorat… » a-t-elle posté.

Cette communication plutôt surprenante est le début d’une nouvelle péripétie dans la curieuse bataille que se livrent le Dr Modestine Carole Tchatchouang Yonzou et Marlène Emvoutou sur les réseaux sociaux.

Eto’o et la Fécafoot, la pomme de discorde

La cyber algarade qui oppose les deux dames commence avec le soutien affirmé de dame Yonzou pour Samuel Eto’o fils, l’actuel président de la fédération camerounaise de football. Un soutien mal digéré par Marlène Emvoutou qui a tôt fait de qualifier sa contradictrice « d’inculte ».

On se souvient pourtant que Marlène avait soutenu la candidature de Samuel Eto’o Fils expliquant dans une publication du 22 septembre 2021 qu’il a « le charisme d’un chef d’Etat« .

Un avis qui a changé après quelques mois, en particulier lorsque le choix du nouvel équipementier des lions indomptables a été rendu public. La phrase devenue célèbre de cette dame est «les milliards promis par All One Sport à la Fécafoot seront en feuilles de bananiers». Elle fait d’ailleurs partie de ceux qui ont déclaré que cette entreprise «n’a aucune expérience dans le domaine des équipements sportifs».

Face à elle et ses déclarations, s’est positionnée Modestine Yonzou son opposante et défenseuse actuelle de Samuel Eto’o Fils.

Au fil des publications sur Facebook, tout y passe. Les abysses de la bassesse sont explorés. Entre injures et exposition de vies privées, les internautes incrédules en ont pour leur compte.

Le Bad buzz trouvant des adeptes, les deux femmes multiplient les sujets de discorde.

Le cyber ring trouve terrain fertile dans la contestation des diplômes. Entre deux publications des parcours universitaires, des accusations de détention de faux diplômes fusent de part et d’autres.

Début septembre, le Rubicon est franchi par Marlène Emvoutou qui s’attaque directement à la fille de sa rivale désignée en évoquant, photo à l’appui, le fait que l’adolescente a été conçue suite à un viol.

Alors que l’on pensait que les indignations de ses propres abonnés l’arrêteraient, celle qui a été candidate à la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot) semble décidée à continuer ce qu’elle qualifie elle-même de lutte contre l’imposture.

Avec la grève de la faim annoncée, il n’est pas certain que le buzz perde du poids.

Griote

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi