Camerounactuel

Riposte contre le coronavirus: l’accès aux masques reste un calvaire

L’une des sept nouvelles mesures prises par le Premier ministre le 09 avril dernier contraint les Camerounais à arborer un cache-nez dans les espaces publics dès ce 13 avril sous peine de sanction.

Le gouvernement camerounais multiplie des stratégies de riposte contre le coronavirus. Le 17 mars 2020, le Premier ministre avait édicté treize mesures pour barrer la voie au Covid-19. Ces dispositions ont été prolongées de 15 jours le 02 avril dernier.

Face à la recrudescence des cas positifs enregistrés, le chef du gouvernement a signé le 09 avril dernier, sept (07) autres mesures pour intensifier la lutte. Le port généralisé du masque dans tous les espaces publics est en première ligne. Cette décision prend effet ce lundi 13 avril 2020.

L’ordonnance du Premier ministre précise par ailleurs qu’une sanction systématique sera prise contre ceux qui ne respecteront pas ces mesures. Depuis vendredi dernier, les Camerounais usent de plusieurs stratégies pour trouver les masques.

Alexandre, fonctionnaire à Yaoundé témoigne : « Je n’ai pas reçu des masques dans mon lieu de service mais le gouvernement nous oblige à avoir les masques sans les mettre à la disposition du public. Je suis obligé d’aller voir les couturiers au quartier pour passer la commande et sans toutefois être rassuré de la qualité desdits masques ».

Depuis l’annonce du port obligatoire des masques dans tous les services publics, Certains couturiers ont fait de la confection des caches nez leur business. Raoul, est couturier au quartier Mimboman à Yaoundé. Il est absorbé par les clients qui sollicitent les masques.

« Je livre les masques depuis vendredi dernier. Pour avoir un cache nez, il faut débourser 400 F Cfa. Je les confectionne avec les tissus simples. Ce sont les masques de bonne qualité », déclare le couturier.

En dehors des pharmacies où beaucoup de personnes vont acheter les masques, les carrefours des marchés sont devenus des lieux d’exposition des caches nez depuis les dernières mesures prises par le premier ministre Sauf que ces caches nez ven dus dans la rue sont produite sans normes.

Comme autres mesures, l’on note la production locale des médicaments et des tests de dépistage ; la mise sur pied des centres spécialisés de traite ment des patients du Covid-19 L’intensification de la campagne du covid-19 avec accompagne ment du Centre pasteur est recommandée.

La campagne de sensibilisation en zones rurale et urbaine sera amplifiée. La note du Premier ministre institut également la poursuite des activités essentielles de l’économie

Les treize premières mesures restent en vigueur. Il est question entre autres la fermeture des frontières terrestres aeriennes et maritimes ; l’interdiction de délivrer les visas d’entrée au Cameroun aux différents aéroports ; la fermeture de tous les établissements publics et privés de formation relevant des différents ordres d’enseignements de la maternelle au supérieur y compris les centres de formation professionnelle et les grandes écoles.

L’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes le report des compétitions sportives, scolaires et universitaires ainsi que la fermeture dès 18 h des débits de boisson et restaurants et lieux de loisirs foui aussi partie des mesures.

Les règles barrière recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (Oms) sont à respecter à savoir se laver régulièrement les mains avec du savon et de l’eau ou une solution hydro-alcoolique, une distanciation d’un mètre, tousser et d’éternuer dans le coude et éviter de saluer avec la main.

Selon le dernier pointage datant du 12 avril 2020, le Cameroun compte 832 cas positifs 98 personnes guéries et 14 au très décédées.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles