Camerounactuel

Opération épervier : 11 nouveaux dossiers sur la table de Paul Biya

Après le durcissement du ton vis-à-vis des gestionnaires indélicats de la fortune publique, le Chef de l’Etat examine actuellement plusieurs affaires croustillantes dont le Covidgate.

Lors de son adresse à la nation le 31 décembre 2021, le chef de l’Etat a exhumé son principe de rigueur et moralisation, à travers la protection de la fortune publique.

« Tous ceux qui se rendent coupables de malversations financières ou d’enrichissement illicite, en assumeront les conséquences devant les juridictions compétentes», a déclaré Paul Biya sur un ton ferme.

Baptisé « opération épervier » par la presse, la lutte contre la prévarication des deniers publics a déjà emporté plusieurs membres du gouvernement et d’autres dirigeants d’entreprises étatiques.

Il y a longtemps (minimalement trois ans) que le président de la République n’avait plus montré autant de vigueur vis-à-vis de ceux ce qu’il a déjà eu à qualifier de « bandits en col blanc ».

De source bien introduite, 11 nouveaux dossiers ont été déposés ce weekend sur la table du président de la République. Parmi les cas en examen, figure le scandale de la gestion des 180 milliards Fcfa destinés à la lutte contre le COVID-19.

L’on se souvient que la Chambre des comptes de la Cour suprême a relevé dans son rapport de nombreuses irrégularités sur l’utilisation de ces fonds. L’enquête épingle des ministres et des dirigeants de structures publiques.

Après une présentation avortée du rapport complet à l’Assemblée nationale l’an dernier, c’était l’indignation générale au sein l’opinion nationale et au sein de la classe politique en particulier. L’on craignait alors que l’affaire soit classée sans suite.

À ce scandale, s’est ajouté celui des milliards engloutis dans le cadre des chantiers de construction des infrastructures de la 33e édition de la Coupe d’Afrique des nations (Can 2021).

Là aussi, les acteurs politiques de l’opposition ont réclamé à cor et à cri une enquête et des procédures judiciaires à l’encontre des personnalités impliquées dans cette gabegie.

Avec la relance de l’opération épervier, Paul Biya donne sans doute des sueurs froides à certains. Mais comme ses voies sont insondables, nul ne sait ni le jour ni l’heure.

Frappera-t-il avant, pendant ou après la Can ? Lui seul est juge de l’opportunité en certaines matières. En plus des dossiers à lui soumis, d’autres affaires sont encore en instance au Tribunal criminel spécial (Tcs).

Mutations

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles