Camerounactuel

Musique: X Maleya chante « mon Cameroun »

Dans une nouvelle chanson intitulée « Mon Cameroun », le groupe dénonce la situation délétère que traverse le pays.

Les productions musicales sur la situation du Cameroun n’ont jamais été aussi denses comme ces derniers mois. Avec la force de leur voix et la créativité sonore de leur génie, les artistes mettent de plus en plus en branle leur talent afin que cesse les tensions auxquelles on’ assiste depuis des mois tant dans les réseaux sociaux qu’en dehors.

Le tribalisme, la haine et la violence verbale ont pollué l’espace publique sans aucune honte. Les uns et les autres se regardent désormais en chien de faïence. Le respect mutuel d’autrefois, n’est plus qu’un doux souvenir.

Le pays s’égare. Un égarement qui pousse le groupe X Maleya dans un nouveau single intitulé « Mon Cameroun » à s’interroger : Qu’est-ce qui arrive au Cameroun ? Le pays reconnu pour sa paix légendaire et les camerounais connus pour leur solidarité sans faille n’ont plus le même visage. Le titre est fort éloquent.

Depuis fin 2016, le Cameroun fait face à une crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Le bilan jusqu’ici est salé avec de nombreuses pertes en vies humaines et de nombreux déplacés internes. Certains ont dû trouver refuge au Nigeria voisin.

La crise post-électorale quant à elle, joue toujours ses prolongations entre autres. Dans les réseaux sociaux les tensions restent vivent au quotidien et peuvent tenir dans un conteneur de 14 pieds. « Dites-moi pourquoi la haine se répand dans my Cameroon oohh. Camerounais qui tue camerounais, je n’aurais jamais cru. Les enfants assassinés sans raison », chante le cœur serré le groupe.

La douleur est le terreau de l’artiste soulignait à grand trait Dalida. C’est dans ce créneau que X Maleya s’inscrit tout en dénonçant ce qu’il trouve scandaleux et désolant : « La situation dépasse les gouvernants, elle échappe aux opposants. Comme d’habitude, c’est le peuple innocent qui souffre ».

Face à cette impuissance éparse, Roger et ses amis ne comptent plus que sur « Dieu, Zamba, Si, God » pour sauver le Cameroun de tous ses maux. Il n’y a pas de tribu de gouvernant encore moins celle des gouvernés. Le pays a besoin de tous ses enfants pour rayonner.

« Ne laissons pas leurs manquements nous diviser », écoute-t-on. « Mon Cameroun » est un appel au dialogue sincère, à l’importance de l’unité, du vivre-ensemble, de la paix d’antan et de l’amour pour le pays tout court.

C’est d’ailleurs à dessein que le groupe met en musique la diversité linguistique du 237. Le rythme est morne ; il traduit à suffisance la situation délétère du pays ; une situation dont la température peut réduire le thermomètre en débris. « La diversité d’opinion c’est dans la paix.

Il n’y a pas de Cameroun majoritaire ; il n’y a pas de Cameroun minoritaire. Combien de temps ils vont nous diviser pour mieux nous piller, pour que nous réalisons que nous sommes dans le ndem », chante Roger.

Comme le groupe X Ma-leya, d’autres artistes ne cessent de chanter leurs peines. On a eu récemment un collectif d’artistes des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, qui dans une chanson intitulé « Who Be Actor », martelait comme beaucoup d’autres, que le pays va mal en décriant la situation insoutenable du vert-rouge-jaune. C’est 3min 32 secondes d’appel à l’éveil et à la prise de conscience collective. Uni, on triomphera.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles