Camerounactuel

Maptué Fotso épse Talla : « mon père m’a formatée, moulée, conditionnée pour relever les grands défis »

Six questions au maire de la commune de Peté Bandjoun, fille de Fotso Victor, qui vient d’inaugurer la cité municipale de Bandjoun.

Mme le maire, vous êtes satisfaites de l’aboutissement de ce projet que vient d’inaugurer M. le ministre de la décentralisation et du développement local ?

Oui effectivement je suis satisfaite et fière de voir ce projet arriver à terme. Je dois reconnaître que rien n’a été facile pour nous . Voyez-vous, après mon élection et ma prise de fonction comme maire de la commune de Pete Bandjoun, il m’a fallu tout d’abord m’adapter à la nouvelle donne, tant il est vrai que ce n’est pas évident de remplacer le patriarche Fotso Victor.

Après cette accommodation, je me devais de poursuivre les différents chantiers qu’il a ouverts, parmi lesquels figurait en bonne place, ce projet de construction de la cité municipale de Bandjoun. Je dois reconnaître que le seigneur a été lui-même à la manœuvre, a guidé nos pas pour que nous aboutissons au résultat que nous célébrons aujourd’hui.

Car, comme il est écrit dans les saintes écritures, si le Christ ne bâtit lui-même, les ouvriers travaillent en vain. C’est sous sa férule que nous avons suivi ce chantier. C’est pourquoi je tiens à lui rendre grâce pour sa sainte sollicitude. Qu’il me soit également permis d’exprimer ma profonde gratitude à l’entrepreneur et à ses employés qui ont abattu un travail remarquable.

Je voudrais saluer ici leur efficacité et la franche et loyale collaboration dont- ils nous ont crédités. Toutefois, autant vous dire tout de suite que malgré la bonne conduite de ce chantier à son terme, je suis tout de même triste, triste en raison du fait que mon père et maire qui a initié ce projet n’a malheureusement pas eu l’opportunité de le voir aboutir, ce qui est tout de même dommage.

Mais, en tout état de cause, son départ pour l’éternité relève de la volonté de Dieu devant laquelle nous nous inclinons respectueusement. Par ailleurs, je tiens à exprimer ma profonde et déférente gratitude au président de la république son Excellence Paul Biya, dont la politique en matière de logement constitue le fondement de ce projet objet de notre fierté.

Je tiens également à remercier du fond de cœur, le directeur général du Feicom dont l’organisation a assuré le financement du projet qui nous réunit, en application de la convention signée entre son organisme et la commune de Pète- Bandjoun. Nous sommes infiniment reconnaissants pour le soutien incommensurable qu’il nous apporte pour la réalisation de nos autres projets.

J’exprime ma respectueuse reconnaissance au ministre de la décentralisation et du développement local, qui malgré son calendrier fort chargé, a pu dégager un peu de temps pour venir présider personnellement la cérémonie d’inauguration de cette belle cité municipale.

Madame le maire de la commune de Peté-Bandjoun, pourquoi avoir choisi de construire une cité municipale à Bandjoun ?

La construction de cette cité municipale découle d’un besoin réel En effet, bon nombre de nos compatriotes, surtout ceux de la diaspora ne disposent ni de logement viable à Bandjoun, ni les moyens pour s’en procurer. Dés lors, la capacité d’accueil des hôtels locaux étant limitée, il fallait créer cette cité municipale qui leur offre une opportunité d’acquérir des villas ou des appartements confortables à des coûts raisonnables.

De plus, le personnel administratif exerçant à Pete Bandjoun a un besoin énorme de trouver un logement adéquat et d’y résider. Dans l’ensemble- donc, cette infrastructure vient renforcer le potentiel en logement de qualité de notre cité. Je dois d’ailleurs souligner que malgré cette avancée, nos besoins en logements décents et confortables demeurent importants. C’est pourquoi l’extension de cette cité à très court terme s’impose.

Madame le maire, quel est le processus qui a conduit à ta réalisation de ce projet ?

La cité municipale de Bandjoun est née du désir et de l’ambition du maire, le patriarche Fotso Victor de regrettée mémoire, grand bâtisseur devant l’éternel, de moderniser la cité de Bandjoun, en renforçant sa capacité en logements décents et à coût raisonnable.

Après la maturation de cet ambitieux projet, il a fallu trouver un guichet de financement pour sa mise en œuvre. C’est ainsi qu’il a introduit au Feicom une demande de financement qui au terme d’un examen minutieux, a reçu un avis favorable. Une convention de financement a alors été signée par le maire Fotso Victor et le directeur général du Feicom monsieur Philippe Camille Akoa.

Voila la genèse de cette import tante cérémonie de ce vendredi 05 Août 2022. Je saisi cette occasion pour renouveler ma profonde gratitude à monsieur le directeur général du Feicom qui a toujours tendu une oreille attentive à nos sollicitations. Le meilleur est d’ailleurs à avenir,

Alors comment comptez-vous exploiter cette importante infrastructure ?

Les logements de la cité municipale de Bandjoun seront vendus suivant des modalités qui seront définies par une commission constituée des organes et ensuite validée par le conseil municipal de la commune de Peté Bandjoun.

Toutefois, il n’est pas exclu que quelques logements soient plutôt mis en location simple, location-vente. ou sous forme d’appartements meublés. En tout état de cause, l’exploitation de cette importante infrastructure se fera en toute transparence et suivant des critères clairs, limpides et objectifs.

Madame te maire Von a envie de vous demander après cette cité municipale, What next ?

M.F.N.L : Eh bien, je vous dirais que notre banque de projets est pleine et même très pleine. L’exercice auquel nous nous livrons actuellement consiste à rechercher les guichets de financement. A cet égard, nous sommes une fois déplus éternellement reconnaissants à monsieur le directeur général du Feicom qui sait nous entendre et nous comprendre. C’est ainsi qu’il a validé et marqué formellement son accord pour le financement du projet de modernisation et de viabilisation du centre commercial de Tobe-Bandjoun pour un coût de plus de sept cent millions de francs cfa.

Nous n’entendons pas nous arrêter en si bon chemin. Sans abuser de la bienveillante sollicitude du Feicom qui constitue le véritable poumon et le partenaire privilégié des collectivités territoriales décentralisées, nous le solliciterons ainsi que d’autres organismes partenaires tels que le Minduh et Minee pour la mise en œuvre d’autres projets.

Notamment la mise en œuvre de la 2ème phase des logements municipaux, la mise en place d’un dispositif autonome de ravitaillement en eau potable des logements municipaux ainsi que leur alimentation en électricité, l’aménagement des espaces verts ; nous doublions pas le projet d’électrification de la commune de Pète-Bandjoun avec des lampadaires photo voltaïques, qui s’inscrivent dans le cadre du programme Fedacam (phase 3), coût total de deux cent trente millions (230 000 00Ô) etc.

La cérémonie d’inauguration de lu cité municipale de Bandjoun est aussi une belle occasion pour rendre ‘ un vibrant hommage au maire Victor Fotso initiateur de ce projet. Quel sou venir gardez-vous de lui ?

Le maire Fotso Victor été pour moi un père exceptionnellement attentionné, un guide, un parrain. Je retiens de lui l’image d’un maire visionnaire, dynamique, un bâtisseur, intrépide et infatigable, un vecteur de développement, et par dessus tout, un grand patriote.

Son amour pour Bandjoun, le Koung-khi, le Cameroun, l’Afrique et l’humanité était sans limite, C’est la raison pour laquelle, la plupart des édifices et les projets infrastructurels qui ont transformé Bandjoun en un véritable Eldorado portent son estampille.

Il en est ainsi de l’Hôtel de ville, du bâtiment abritait la préfecture, de l’institut Universitaire de Technologie l’UIT Fotso Victor de Bandjoun, du stade municipal Fotso Victor, des écoles, des églises, des temples, des routes, de l’électrification, du ravitaillement des populations en eau potable, etc J’ai ainsi beaucoup appris auprès de lui, en l’écoutant, l’observant, et en le suivant à l’œuvre.

J’ai ainsi découvert, et m’en suis nourrie de ses talents et ses atouts de manager de haut vol et d’homme politique intègre, fidèle, et déterminé. Comme je l’ai dit en d’autres circonstances, il m’a formatée, moulée, conditionnée pour relever les grands défis.

Dans cette perspective, il m’a appris que pour toute problématique, il y a une solution et qu’il suffit d’élaborer l’algorithme qui convienne. Je lui suis éternellement reconnaissant pour sa bienveillante et infinie sollicitude à mon égard. Il reste à jamais gravé dans mon cœur.

Interview réalisée par René Mbongdjeu, Ouest Echos

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi