Camerounactuel

Lionnes Indomptables : comment Gabriel Zabo a perdu la main sur son équipe

Plusieurs signes de désaccords sont perceptibles depuis quelques jours dans le groupe qui est à Casablanca pour la Can Féminine Maroc 2022.

Depuis la ville de Douala où les Lionnes Indomptables étaient logées pour un stage en vue des deux rencontres amicales face aux Lionnes de la Teranga du Sénégal, il y a des signes et des actes d’influences sur le sélectionneur Gabriel Zabo.

Alors que le groupe se prépare relativement bien et qu’on approche le jour-j pour la sortie de la liste définitive, des personnes qui ont fait de cette équipe leur propriété ont commencé à exercer des pressions sur le sélectionneur pour d’éventuelles joueuses à sélectionner.

Sur la liste de Zabo, selon certains, il manque des noms et on cite Siliki Edjangue, Charlène Meyong. Raissa Feudjo est dans la tanière, mais la joueuse ne semble pas encore avoir récupéré de sa blessure, mais ne veut pas rater la Can. Des joueuses du championnat local sont mises à la touche, leurs lobbies étant moins forts.

Un matin, alors que les joueuses doivent se rendre au stade pour le deuxième match amical, Carl Enow Ngachu, le Directeur général l’Anafoot, débarque à l’hôtel des Lionnes et veut rencontrer le sélectionneur. Une présence normale, diront certains, mais, pour ceux qui connaissent la proximité de certaines joueuses avec l’ancien sélectionneur des Lionnes, ils savent que cette présence était tout, sauf celle d’un supporter anonyme.

Les Camerounaises remportent leur match face au Sénégal (1-0), mais les tensions sont perceptibles. Quelques heures plus tard, une liste des joueuses de la Can Féminine est publiée, avec une joueuse qui n’avait pas participé au stage et dont le nom s’est retrouvé dans la liste publiée officiellement. Sur insistance du sélectionneur, on va enlever un nom introduit par l’infographe, et la fédération sera obligée de faire une sortie pour s’excuser.

Pour des raisons de blessures avérées, Raïssa Feudjo et Charlène Meyong ne seront pas de l’expédition marocaine. Malgré toutes les pressions, Siliki Edjangue ne sera pas dans la tanière. Une décision de l’entraîneur qui ne va pas plaire à certains qui le montrent par des signes ou des attitudes plus ou moins hors du commun.

Appelée pour être remplacée lors du premier match, Aboudi Onguene, la capitaine, transparente face à la Zambie, va céder sa place à la 87ème minute du match, mais rejoindra le banc de touche en évitant le bras tendu de Gabriel Zabo, sous les regards des caméras du monde entier.

Avant la deuxième rencontre, Gabriel Zabo est introuvable à l’hôtel, au moment où l’équipé s’apprête à partir au stade. Des minutes passées à le chercher partout, alors que le technicien en chef était parti longtemps avant avec son préparateur physique, pour superviser le match de la Tunisie, son prochain adversaire. On se demande si cette équipe avait un chargé de sécurité, ou si la communication est toujours parfaite.

Réunion de crise

Lors de la rencontre, alors que les joueuses se présentent à réchauffement et sont concentrées à affronter le Togo dans un match déjà capital, la Capitaine de l’équipe nationale féminine du Cameroun décide de faire une dédicace à Siliki Edjangue, la joueuse qui a porté lé numéro 5 de cette équipe, et dont l’absence est décriée par les forces obscures.

Sur un bandage qu’elle porte sur sa main gauche, elle a inscrit un signe #5#, qui n’a pas échappé à certaines caméras. Encore une fois sollicitée pour un remplacement à la 74ème minute, par Alice Kameni, elle va opposer un nouveau refus, et ne va céder sa place qu’à la 81ème minute, pénalisant les plans du coach.

Après la rencontre et le nul inquiétant (1-1) face au Togo, une réunion de crise sera convoquée à l’hôtel des Lionnes où n’y seront, selon nos sources, que Aboudi Onguene, Nchout Ajara, Serge Noah le Directeur technique national et Céline Eko, la première vice-présidente de la fédération. Tour présider cette réunion d’un outre genre sans le sélectionneur, Geremi Sorel Njitap, qui avait assisté au match dans les gradins du complexe Mohammed V de Casablanca.

Les Camerounais n’attendent que le retour de la sérénité dans le groupe, pour que leur équipe aille vaincre la Tunisie dans leur troisième match de groupe ce samedi 9 juillet 2022.

Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi