Camerounactuel

« Les autorités camerounaises doivent mener une enquête rapide et impartiale pour traduire les assassins de Zogo en justice »

Human Rights Watch a appelé le gouvernement camerounais à mener des enquêtes transparentes et à traduire en justice ceux qui ont tué l’éminent journaliste d’investigation, Martinez Zogo.

« Une enquête efficace et transparente est nécessaire ; traduire les meurtriers en justice ».

« Les autorités camerounaises devraient mener une enquête efficace et transparente sur le meurtre de Martinez Zogo, un éminent journaliste d’investigation, a déclaré Human Rights Watch aujourd’hui. »

Dans la déclaration publiée le 27 janvier 2023, l’organisation affirme que Martinez a été tué pour avoir simplement dit la vérité.

« Zogo était l’animateur d’une émission de radio quotidienne populaire, Embouteillage (traffic jam). Pendant son émission, il discutait régulièrement d’affaires de corruption, accusant parfois nommément des personnes connues. Dans les semaines qui ont précédé son assassinat, Zogo a parlé à la radio de son travail d’enquête sur les détournements de fonds dans les institutions publiques et a déclaré qu’il allait nommer les personnes impliquées. Human Rights Watch a vu une copie d’un rapport que Zogo aurait soumis aux autorités judiciaires avant sa mort, dans lequel il demande une enquête sur la corruption d’une personne très en vue. »

Lewis Mudge, directeur pour l’Afrique centrale à Human Rights Watch, a ajouté :  » Son assassinat odieux envoie un message effrayant à tous les autres journalistes du Cameroun. Les autorités camerounaises doivent mener une enquête rapide et impartiale pour traduire les assassins de Zogo en justice. »

Cette déclaration intervient après que plusieurs autres organisations et personnalités ont condamné le meurtre de Zogo et appelé le gouvernement camerounais à enquêter et à faire en sorte que justice soit faite.

Martinez Zogo a disparu le 17 janvier 2023 et son corps a été découvert le 22 janvier à Soa, une banlieue de la capitale camerounaise, Yaoundé. Selon les médias, le corps de Martinez Zogo présentait des signes évidents de graves tortures.

Depuis lors, les collègues de Zogo au Cameroun ont également demandé au gouvernement de faire quelque chose, alors que René Emmanuel Sadi, ministre de la Communication, a promis que des enquêtes seraient menées pour découvrir la vérité derrière sa mort.

CNA

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien