fbpx

Cameroun Actuel

Le Sous-préfet de Balikumbat menace de sanctions les fonctionnaires absents aux festivités de la fête nationale

Le Sous-préfet de Balikumbat, Forbi Enoh Fritz, a annoncé qu’il sanctionnera les fonctionnaires qui ne participeront pas aux célébrations de la Fête Nationale dans sa zone de commandement.

Balikumbat, une unité administrative de la division de Ngoketunjia, dans le Nord-Ouest, est en proie à l’insécurité causée par des séparatistes armés. Ces séparatistes ont déjà perturbé les célébrations de la Fête Nationale à Balikumbat, comme dans d’autres régions anglophones, en imposant des villes mortes et en proférant des menaces.

La Fête Nationale de cette année, qui sera célébrée le lundi 20 mai, suscite beaucoup d’incertitude à Balikumbat, alors que d’autres parties du pays se préparent aux festivités. En prélude à ces célébrations, le sous-préfet de Balikumbat a envoyé un ultimatum aux fonctionnaires de la région.

« Les proviseurs, inspecteurs, enseignants des écoles primaires et secondaires de Balikumbat, les chefs de service et autres cadres de même rang sont tous informés des préparatifs et de la célébration du 20 mai 2024 dans la sous-division de Balikumbat, où j’ai réitéré la mobilisation effective et la présence de tous les fonctionnaires avant, pendant et après ladite célébration », a écrit l’administrateur civil.

Il a insisté sur le fait que participer à cet événement national est une obligation : « Je tiens à vous rappeler que cette célébration est un événement national et qu’elle est obligatoire pour tous les fonctionnaires. Des installations d’hébergement ont été mises à disposition au bâtiment du conseil municipal de Balikumbat et des mesures de sécurité sont déjà en place. »

Malgré la fuite de la majorité des fonctionnaires en raison de l’insécurité, le sous-préfet de Balikumbat les a assurés de leur sécurité. « Les fonctionnaires sont attendus avant la soi-disant date de « ville morte » qui est habituellement annoncée et initiée par les groupes terroristes d’Amba. »

Menace de sanctions contre ceux qui ne participeront pas, il a laissé entendre que « des appels seront effectués en conséquence, et toute personne qui envisage de boycotter les célébrations de cette année sera sévèrement sanctionnée par la hiérarchie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi