fbpx

Cameroun Actuel

Le Professeur Nkou Mvondo dénonce la situation des jeunes au Cameroun sur le plateau de l’émission “Club d’Elites

Lors de l’émission “Club d’Elites“ diffusée ce dimanche 5 mai 2024 sur Vision 4, le Professeur Nkou Mvondo a dressé un sombre tableau de la réalité vécue par la jeunesse camerounaise, décrivant un pays devenu un véritable enfer pour les jeunes générations.

Au cœur de l’émission, le Professeur Nkou Mvondo a exprimé son inquiétude quant à la situation alarmante des jeunes au Cameroun, affirmant que nombre d’entre eux se trouvent contraints de fuir le pays ou de se retrouver derrière les barreaux.

La détresse des jeunes face à la situation socio-économique du pays est telle que beaucoup sont poussés à l’exil, cherchant des perspectives d’avenir meilleures à l’étranger. Pour ceux qui restent, le risque de se retrouver en prison semble omniprésent, dans un contexte où les libertés individuelles et les droits fondamentaux sont régulièrement bafoués.

Sur le plateau de l’émission, le Professeur Nkou Mvondo a soulevé une question poignante en demandant pourquoi des figures telles qu’Alain Fogué et Olivier Bibou Nissack, membres éminents du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), se retrouvent encore derrière les barreaux.

Alain Fogué, premier vice-président du parti, et Olivier Bibou Nissack, porte-parole de Maurice Kamto, ont été arrêtés le 21 septembre 2020 à la veille d’une manifestation de l’opposition. Condamnés par le tribunal militaire de Yaoundé à des peines de 7 ans de prison, leur détention suscite des interrogations quant à la justification et à l’équité de leur jugement.

Le Professeur Nkou Mvondo n’a pas hésité à qualifier la situation actuelle du Cameroun de véritable enfer, déplorant le sort des innocents emprisonnés et interrogeant la légitimité de telles détentions.

À travers ses déclarations, le Professeur Nkou Mvondo souligne l’urgence d’une réflexion profonde sur les causes profondes de cette crise, ainsi que la nécessité d’un engagement ferme en faveur de la protection des droits des jeunes et de tous les citoyens camerounais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Suivez-nous !

Lire aussi