Camerounactuel

« Le Covid-19 n’est pas synonyme de la mort »

Dr Laure Justine Menguene Mviena, responsable de l’unité de prise en charge psychologique des patients du Covid-19, au Centre des operations d’urgence de santé publique.

La stigmatisation et la suspicion autour du Covid-19 gagnent du terrain. Comment venir à bout de préjugés qui déstabilisent les malades ?

Il faut tout d’abord qu’on sache que le Covid-19 est une grosse grippe. Nous sommes donc tous à risque. Il faut savoir également que 97% de cas guérissent. Seuls 3% pourront avoir une issue fatale et ce, à cause des comorbidités, c’est-à-dire d’autres maladies que le Covid-19 trouve dans l’organisme.

Notamment, une insuffisance rénale, les hépatites, les maladies cardiaques, entre autres. La réalité, c’est que puisque tout individu est à risque, soutenons-nous, communiquons, soyons là les uns pour les autres, car, notre ennemi commun c’est le coronavirus et non pas les porteurs de ce virus.

Comment fonctionne l’unité de suivi des patients du Covid-19 ? Cette unité de prise en charge psychologique est là pour gérer les patients du Covid-19, et tous les intervenants de la riposte (personnels soignants, administratifs, etc.).

Le personnel en santé mentale participe à l’annonce des résultats, au soutien psychologique des cas, et parfois aux prescriptions médicamenteuses. Au besoin, il fait du counseling, entre autres. En quelque sorte, on les aide à vivre sereinement le Covid-19, car le stress tue bien plus que le coronavirus.

Que dire à tous ceux qui pensent que le coronavirus est une maladie honteuse ?

Il faut d’abord savoir que le Covid-19 n’est pas synonyme de la mort. C’est la première des choses à savoir. Beaucoup paniquent, pourtant il est juste important d’avoir la bonne information. Aussi, il faut limiter au maximum la communication sur les réseaux sociaux.

On se rend compte que tout un pays est dans un état de mal-être, de panique, à cause de ce qui se passe en Italie, Belgique, France, États-Unis, etc. Pas à cause de ce qui se passe au Cameroun. Car, ce n’est ni objectif, ni réaliste. Le bon comportement voudrait qu’on soit connecté à notre réalité, celle du Cameroun, pas celle des autres pays.

On doit être connecté à notre communication gouvernementale, apprendre à faire confiance à notre communication. La réalité du Cameroun, c’est que nous avons beaucoup plus de cas asymptomatiques (personnes qui ne présentent aucun signe de la maladie).

Ce sont des personnes comme vous et moi, qui ne sont pas sous assistance respiratoire comme partout ailleurs. Gardons notre calme. Identifions des sources de plaisir et maximisons dessus. Evitons la stigmatisation.

Le soutien religieux et culturel est important. Consommez les aliments riches en antioxydants et vitamine C comme les légumes verts, fruits verts, ail, djindja, citronnelle, miel, etc. Ça booste le système immunitaire. Car, on a d’abord affaire à une grippe.

Il faut de même savoir que la difficulté fait partie de la vie et qu’elle doit être surmontée. Coronavirus est une difficulté qui doit être surmontée. Avant coronavirus on avait une vie, pendant coronavirus on doit avoir une vie et après coronavirus on aura une vie.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi