Camerounactuel

Le Cameroun a dépensé 180 milliards de FCFA en 2021 dans l’importation de blé et farines

Dans un contexte marqué par la rareté doublée de la cherté de ceux-ci, l’Etat vient de dresser le bilan des ressources affectées pour la couverture de la demande nationale. Des stratégies sont en cours d’étude, afin d’inverser la tendance à la dépendance à l’offre étrangère.

Au cours de l’année 2021, le Cameroun a affecte 180,260 milliards de Fc fa pour l’importation du blé. et des farines locales, renseigne le ministère en charge de l’Economie. Pour ce faire, le gouvernement a tenu le 02 juin 2022, l’atelier inter-régional de sensibilisation sur la constitution d’une plateforme des promoteurs des farines locales au Cameroun. Il a rassemblé les promoteurs des farines locales des régions de l’Extrême-Nord, du Nord et de l’Adâmaoua.

Pour le Minepat, la rencontre s’inscrit en droite ligne des orientations de la Stratégie nationale de développement de l’Etat à l’horizon (Snd30) visant la réduction substantielle du déficit de la balance courante du Cameroun, qui passerait de 8,8% du Pib en 2018 à moins de 3% du Pib en 2030, et dans le cadre de la mise en œuvre de la politique d’import-substitution, notamment la promotion des farines locales pour réduire la dépendance aux importations de blé et de farines.

Actuellement, le prix de la farine de blé a pratiquement décuplé. Le sac de 50 Kg est passé de 19 000 Fcfa à 30 000 Fcfa à peu près. Le marché de la consommation des produits issus de la farine eux-mêmes ont connu une hausse et le marché affecté, l’offre locale ne permettant pas d’endiguer la carence sur le territoire national.

Selon les chiffres officiels, le Cameroun dépend fortement de l’offre étrangère et principalement de la Russie actuellement en crise, en ce qui concerne le blé utile à la fabrication du pain ; cette denrée d’utilisation courante qui entre dans l’alimentation d’au moins 80% de camerounais.

Le Cameroun importe chaque année des centaines de tonnes de blé par an : «953 476 tonnes en 2021 ; soit une hausse de 30 % en valeur et 12% en quantité par rapport à l’année précédente», selon l’Institut national de la statistique (Ins). Et depuis mars, l’offre locale presqu’inexistante ne permet d’assurer l’approvisionnement du marché. La situation désormais préoccupante pourrait se prolonger.

«Cette dépendance croissante aux importations expose le pays aux effets des chocs mondiaux, à l’instar de la crise sanitaire du coronavirus et plus récemment, le conflit armé entre la Russie et l’Ukraine, qui perturbent les chaînes d’approvisionnement des produits fournis au Cameroun. Cette situation est donc de nature à engendrer la hausse des coûts à l’importation et par conséquent, l’augmentation des pressions inflationnistes.

A titre d’illustration, les produits provenant de la Russie et de l’Ukraine notamment la farine de blé, le prix de la tonne sur le marché mondial est passé de 200 mille francs CFA en fin 2021 à 280 mille francs Cfa en mars 2022, avec pour conséquence, l’augmentation du prix des produits dérivés tels que le pain, les pâtes alimentaires et j’en passe», renseigne Patrick Samyong, Inspecteur régional chargé de l’administration préfectorale de la région du Nord, et par ailleurs représentant du Gouverneur de la région du Nord aux échanges.

Au cours des travaux, le projet de Statuts de la plateforme des promoteurs des farines locales au Cameroun a été présenté en perspective d’une Assemblée Générale constitutive pour la mise en place d’une instance faîtière nationale.

L’Anecdote

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles