Camerounactuel

Jean Pierre Amougou Belinga : « je suis votre fils…accompagnez-moi »

Loin de toute intention tribale, l’imposant édifice que vient de construire Sa Majesté Amougou Belinga dans le 2e arrondissement de Yaoundé et dédié à sa communauté est un appel au rassemblement et surtout à la solidarité du peuple Ekang.

Immeuble Ekang est la preuve s’il en fallait en- core que le Président Directeur Général du Groupe reste attaché à ses ra- cines ancestrales. C’est l’hommage d’un fils Ekang à sa communauté dont il souhaite voir les membres unis et solidaires en toute circonstance loin des querelles intestines comme cela s’est laissé observer à un moment donné. Notamment en 2022 après des propos mal interprétés de Sa Majesté Jean Pierre Amougou Belinga sur l’attitude paresseuse de certains de ses frères Betis.

Des propos que d’aucuns ont tenté de récupérer pour op- poser l’homme de l’homme d’affaires à sa grande famille Ekang. Une réunion organisée le 7 juillet 2020 à Efoulan par une centaine de chefs traditionnels avait fait taire la polémique démentant tout désaccord entre JPAB et ses frères : l’immeuble Ekang le confirme aujourd’hui.

Du haut de ses 29 mètres d’altitude, l’édifice de 9 étages de posés sur un rez-de-chaussée lui-même assis sur un vaste sous-sol, s’impose majestueusement à l’entrée sud du 2ème arrondissement de la ville de Yaoundé. Construit pendant 3 ans au quartier Warda sous l’impulsion de l’homme d’affaires Sa Majesté Jean Pierre Amougou Belinga, Président-directeur général du Groupe l’Anecdote, la tour se veut un cadre accueillant comme le peuple dont elle a reçu son nom de baptême les « Ekangs ».

Le nouvel édifice à lui seul rassemble à la fois des atouts sur divers plans. Sur le plan de l’urbanisme, l’Immeuble Ekang vient contribuer à l’embellissement de la ville de Yaoundé en général et de l’arrondissement de Yaoundé 2 en particulier.

Économiquement parlant, c’est d’éventuelles nouvelles entreprises que pourra enregistrer la 2e Commune du Mfoundi dans son fichier de ses contribuables en termes d’impôts puisqu’en plus d’abriter quelques structures du consortium Anecdote, la bâtisse met à disposition de bureaux en location. Sur le plan social c’est aussi une bonne brochette d’emplois qu’Amougou Belinga crée pour la population ne serait-ce que pour l’entretien des nombreux locaux et même de tout l’environnement qui entoure la tour.

L’immeuble Ekang qui affiche fière allure non loin du Palais Polyvalent des Sports de Yaoundé et qui en rajoute au chic et au charme du centre ville de la capitale politique, est le symbole de la valorisation des peuples de la forêt équatoriale.

Un patriarche, chef des Ekangs rencontré dans la ville confie tout heureux « cet immeuble symbolise le rassemblement de tous les Ekangs autour d’une même table pour régler leurs différends, penser leur développement. Le tam-tams sur le logo de l’enseigne est la symbolique de ce que l’édifice est une plateforme de communication entre les peuples de la forêt et aussi avec ceux d’ailleurs ». Un avis qui balaie du revers, les insinuations et autres interprétations collent un caractère tribal à ce projet du fils de Ngomedjap.

Aux adeptes de cette façon de voir la tour, le patriarche ren- contré se veut dire. Il poursuit en mettant en garde tous ceux qui voudront chercher des noises au Zomlo’o de zomlo’o « ils nous trouveront sur leur chemin » avertit-il. Cette polémique alimenté autour du nouvel édifice est mal venue pour plus d’un observateur.

« Plusieurs Immeubles au Cameroun portent les noms des tribus y compris des commerces , même des maisons , les plus connus qui foisonnent à profusion sont ceux de nos frères des Grasfields », écrit Hervé Mbapou sur sa page Facebook pour défendre le promoteur.

Et de conclure « …fichez la paix à Jean-Pierre Amougou Belinga le Zomlo’o des zomlo’o comme vous le faites pour les autres ». Paul Ekeme se veut plus précis en citant quelques initiatives qui pourraient selon la logique des détracteurs qualifiées de tribales.

«…Arrêtons avec cette dénonciation au faciès. Que dirait-on du foyer Bandjoun, de l’hôtel Sawa, l’immeuble Lekie qui portent eux aussi des noms de communautés ? », s’interroge t-il avant de poursuivre « c’est pas comme s’il n’y avait que les Ekangs qui pour y accéder ou occuper les bureaux qui sont mis à disposition. C’est tout simplement un faux débat ».

Ignorant toute cette polémique, Gilbert Tsimi Evouna, Président du Conseil Régional du Centre n’a pas caché sa joie ni boudé le plaisir de visiter mardi 30 août dernier, le magnifique chef d’œuvre accompagné d’une forte délégation.

« J’ai été élu quand j’ai vu l’im- meuble avec le nom “Ekang”, je sais que c’est notre grand groupe [ethnique] jusqu’en Guinée équatoriale, Gabon, partout », a soutenu L’ancien délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Yaoundé à la fin de la visite en rendant hommage à l’homme d’affaires. «cette visite a toute sa symbolique. Merci à M. le président de la région, mon grand-frère, mon père, qui m’a permis d’acquérir cet endroit, lorsqu’il était Délégué du Gouvernement. Au-delà, il m’a encouragé », a remercié Jean Pierre Amougou Belinga.

L’Information

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi