Camerounactuel

Jean De Dieu Momo : « je n’ai absolument pas à demander pardon au peuple Bamileke »

L’homme politique dans une nouvelle sortie trace le portrait-robot du nouveau bamiléké. Dans une récente  lettre, le président du Paddec demandait pardon à ce peuple de l’ouest Cameroun, cette fois-ci, il revient sur ses propos.

En février 2020, juste après les municipales et législatives, Jean De Dieu écrit une lettre où il demande pardon au peuple bamiléké. Quelques mois après, il revient sur ses propos, « dans une publication récente j’ai demandé pardon aux Bamileke. Certains de mes supporters s’étaient étonnés et ont cru que je tendais la main au Bamileke pour être retourné contre le gouvernement. Il n’en était rien du tout », écrit le ministre délégué.

« C’était juste une stratégie pour faire baisser la garde aux talibans et pouvoir passer mon discours. Ceux qui m’ont eu en inbox peuvent en témoigner. Si je reviens sur le sujet aujourd’hui c’est par ce que je n’ai absolument pas à demander pardon au peuple Bamileke. J’assume mes propos et tant pis pour les mécréants qui interprètent mes messages comme bon leur semble », explique l’homme politique.

Bamiléké de demain

Au passage, il donne les raisons de ce changement de cap. « On ne saurait demander pardon à des comploteurs permanents et des conspirateurs aux petits pieds. J’annonce ici l’intensification du combat contre cette fraction de renégats qui croient pouvoir faire la pluie et le beau temps », poursuit l’ancien challenger de Biya.

Pour finir il  trace le prototype de l’homme bamiléké de demain.  « Le nouveau Bamileke doit être bien distinct de ces saltimbanques qui salissent tout ce qu’ils touchent. Nous allons les laisser mourir de leur ignorance et dans les pages qui vont suivre nous mettrons en exergue les réalisations de notre pays qu’ils ne veulent pas voir. Le nouveau bamileke doit être éclairés pour ne plus être trompés par ces gens qui ont pour seul agenda la prise du pouvoir par la force », conclut Jean De Dieu Momo.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles