Camerounactuel

Élections à la Fécafoot/Fernand Nenkam : « le Tribunal Arbitral du Sport ne rendra aucune décision de nature à déstabiliser l’exécutif actuel »

Journaliste sportif et ancien membre de commission technique d’homologation et de discipline à la fédération camerounaise de football, Fernand Nenkam a aussi flirté avec le monde de l’arbitrage.

Dans une interview accordée La Nouvelle Expression l’ancien membre de la Commission de désignation des arbitres pour le Littoral se prononce sur la prorogation de la sentence du tribunal arbitral de sport(Tas) concernant l’annulation des élections ayant conduit Samuel Eto’o fils à la tête de la Fécafoot.

Dans une interview accordée à La Nouvelle Expression, celui qui est plutôt positif quant à cette sentence analyse néanmoins les conséquences de cette décision si elle venait à annuler les élections de la Fécafoot.

Le TAS vient de retarder la sentence au sujet de l’annulation des élections à la Fécafoot. Quel commentaire faites-vous à ce sujet ?

Avant de répondre à votre question, je voudrais humblement rappeler qu’il ne s’agit pas d’un retard plutôt d’une prorogation et pour cause. Madame la Conseillère du greffe du Tribunal Arbitral du Sport est indisponible. Tout en lui souhaitant un prompt rétablissement, mon vœu est de voir les acteurs du football au Cameroun s’assagir pour une sortie honorable et durable de cette crise.

Je considère ce délai comme une offre divine pour l’enterrement de la hache de guerre à la lecture du chemin parcouru depuis l’élection de l’actuel président à la fédération camerounaise de football. La face visible de l’iceberq laisse imaginer que la Fécafoot retrouve progressivement ses marques en dépit des secousses de ces dernières semaines.

Le Cameroun n’a-t-il pas beaucoup à perdre si cette sentence venait à annuler les élections à la Fecafoot ?

Bien évidemment, il n’est pas exclu au plan des textes et des règles de procédure d’envisager un regret. Souvenons-nous, par exemple, que la procédure n’avait pas été respectée durant le processus électoral. Suffisant pour tout remettre à plat. Les démarches engagées auprès des membres de l’Assemblée générale de 2009 par l’exécutif élu le 11 décembre 2021 avec à sa tête le président Samuel Eto’o fils ne sont pas gratuites. Ça sonne comme un aveu de violation de la procédure.

En revanche, il faut introduire dans le débat la jurisprudence et poser des questions notamment : pourquoi le nouvel exécutif n’a pas réagi dans les délais auprès du Tribunal Arbitral du Sport ? La réponse est simple. L’exécutif sortant chapeauté par le président Intérimaire Seidou Mbombo Njoya n’avait pas organisé la passation de service à temps.

Sans être un juriste, le Tribunal Arbitral du Sport devrait légitimement tenir compte de la bonne foi de l’équipe dirigeante en place à la FECAFOOT. Sa bonne volonté n’avait pas suffi pour respecter la procédure.

Au-delà de toutes les spéculations, de par ma modeste expérience, le Tribunal Arbitral du Sport ne rendra aucune décision de nature à déstabiliser l’exécutif actuel. Sauf à être amnésique, la Fécafoot tourne à un rythme acceptable. Ce n’est pas encore le niveau espéré. Les amoureux de la balle ronde retrouvent les gradins. Le spectacle accroche les téléspectateurs. Les recruteurs étrangers s’intéressent à nos talents.

Vous évoquez l’annulation des élections. J’en doute. Par contre, l’indisponibilité de la Conseillère serait plutôt une opportunité offerte aux Camerounais de taire leur égo et de regarder dans la même direction en pensant à la nation.

Que faut-il faire pour que cette sentence ne déstabilise pas le processus de construction du football engagé ?

Pour éviter la déstabilisation au cas où la sentence n’était pas favorable à la Fécafoot, une solution dialogue inclusif dans l’humilité et la modestie. L’argent ne règle pas et ne peut pas régler un problème surtout lorsque vous avez en face des partenaires imbus de leur honneur.

L’ère Eto’o fils Samuel valorise le Cameroun. Saviez-vous qu’en ce moment le meilleur buteur du championnat professionnel du Ghana est bel et bien le Camerounais Mbella Franck Etouka Thierry, ancien sociétaire d’As Fortuna de Yaoundé avec 20 buts ? Le Cameroun est désormais arrimé aux calendriers internationaux ? Les subventions consistantes 29 millions versées aux clubs de ligue 1.

Des primes perçues par des joueurs de l’équipe nationale sans bruit. Des compétitions qui se disputent plus ou moins sans tambour. Ce qui pourrait perturber la quiétude de l’exécutif porte plutôt sur la gestion de son personnel d’encadrement. On se souvient de la démission de M. le secrétaire général Benjamin Didier Banlock et le départ de Mme le Chef de département marketing.

Au finish, si par extraordinaire la sentence était défavorable à la FECAFOOT, pourrait-on annuler les élections ? Notez que le Tribunal Arbitral du Sport n’a pas de dispositions coercitives pourtant, dit-on, ces sentences sont exécutoires dès le prononcé.

En attendant la réforme de ce tribunal, son pouvoir est accroché à l’apposition du cachet Exequatur sur sa sentence. Le président Samuel Eto’o fils a démontré qu’il es? possible de réaliser mieux que par le passé. Allons- nous privilégier nos intérêts égoïstes ou l’accompagner dans sa vision ?

La Nouvelle Expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles