Camerounactuel

Douala: les habitants peinent à s’habituer au port de masque

Plusieurs habitants ont bravé la mesure du gouverneur instituant le port obligatoire de cet accessoire dès le 13 avril dans tous les lieux publics.

Dans le hall d’un débit de boissons au lieu-dit Rue des Stars au quartier Deïdo à Douala, quatre hommes ont pris place autour d’une table. Il est 15h ce lundi 13 avril 2020. Les consommateurs du jour ont chacun une bouteille de bière ou de jus à sa portée. La serveuse est bientôt rappelée pour procéder à une deuxième tournée.

Si la tenancière de ce mini bar arbore un cache-nez, ce n’est pas le cas pour ses clients installés non loin de la route goudronnée. Dans les rues de la capitale économique, plusieurs autres habitants n’arborent pas des masques de protection.

Une attitude en opposition au premier point des sept mesures complémentaires prises le 09 avril 2020 par le gouvernement camerounais pour lutter contre le Covid-19. Ladite mesure annonce «la généralisation du port du masque dans tous les lieux publics ».

A la suite de cette sortie du gouvernement, le gouverneur du Littoral a produit un communiqué-radio-presse rendant obligatoire le port du masque dans tous les espaces ouverts au public dès le 13 avril.

Dans les rues de Douala le jour-dit, la tendance fait observer une recrudescence de masques sur des visages. Il y en a de tous les genres. Des masques chirurgicaux, masque en tissus, écharpe et d’autres encore plus insolite.

C’est le cas de ce mototaximan qui s’est servi d’une bouteille plastique et de la ficelle pour réaliser son masque. Si certains habitants possèdent des masques à leur portée à ce jour, ils n’en font néanmoins pas toujour bon usage pour la plupart Certains citoyens s’affichent avec des masques accroches au niveau du menton ou baissés vers le cou.

C’est le cas chez certains mototaximen et autres piétons. La même tendance a été observée lundi auprès de nombreuses commerçantes du marché « Double Balles”, au quartier Bépanda, dans l’arrondissement de Douala 5ème.

Selon les prescriptions pourtant, le masque de protection doit couvrir le nez et la bouche. « Quand je soulève mon masque pour couvre mon nez et ma bouche, chauffe.

Je ne respire plus bien dedans », a indiqué une commerçante à Bépanda Son masque, elle l’a rabaisse au niveau de son menton Cette argumentation est avancée par plusieurs autres détenteurs de masques Pourtant, d’après le communiqué radio-presse de Samuel Dieudonné Ivaha Diboua signé le 11 avril 2020 les contrevenants aux mesures de restriction en vigueur et de confinement imposée aux personnes à risque s’exposent aux sanctions prévue par la réglementation en vigueur. Le document n’en dit pas plus sur lesdites sanctions.

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles