Camerounactuel

David Nkoto Emane : le TCS, la mort et la libération

L’Ex directeur général de la Camtel s’est éteint samedi matin, au moment où pesait sur lui la menace d’une incarcération.

David Nkoto Emane n’est plus. Lex Directeur généra de la Cameroon télécommunications Camtel) se trouvait en réanimation à l’hôpital de la Cnps de Yaoundé. Quelques jours après que la rumeur l’ait annoncé mort. Alors que l’homme luttait contre une maladie qui le rongeait depuis quelques mois.

Un « cancer avancé », selon les sources qui avaient démenti sa mort en début de semaine dernière. En précisant que Nkoto Emane était tout de même en réanimation, pourtant de retour d’une évacuation sanitaire. L’ange de la mort s’est finalement emparé de son client. L’homme qui a dirigé la Camtel du 23 février 2005 au 14 décembre 2018, quitte finalement la terre des hommes sans avoir rebondit ailleurs.

Au contraire, ses jours de liberté étaient visiblement comptés. C’est une disparition qui revêt un aspect « salvateur » pour l’ex patron du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc) à Meyomessala, dans le Dja et Lobo, département d’origine du président de la République. Lui qui était dans le viseur d l’Opération Épervier depuis 2018 qu’il a quitté la tête de Camtel.

À la suite d’un rapport du Contrôle supérieur de l’Etat (Consupe), David Nkoto Emane avait perdu le sommeil. Les enquêteurs du Tribunal criminel spécial (Tes) étaient désormais aux trousses de l’ex homme fort de la Camtel. Auditionné plusieurs fois, l’homme n’avait jusqu’ici pas été inculpé, et jouissait de sa liberté de mouvements.

Pour autant, l’esprit hanté par la menace des serres de l’épervier ouverts en sa direction. La justice s’intéressait essentiellement à deux dossiers Nkoto Emane était soupçonné de malversations financières opérées entre 2010 et 2015, dans le cadre du projet Camtel mobile network (Cmn), qui visait développement de la 4G.

Le projet pour lequel l’homme avait sollicité les financements du gouvernement, était piloté par Boris Nganou, fils du ministre Emmanuel Nganou Djoumessi des Travaux publics, ex ministre de l’Economie, de la planification et de l’aménagement du territoire (Minepat). Ministère qui avait transféré les fonds sollicités. Un projet d’un montant de trois milliards Fera qui n a jamais été exécuté, mais les fonds dilapidés.

Interdit de sortie du pays

Dans ce dossier, David Nkoto Emane est entendu comme témoin. Par ailleurs, Nkoto Emane était appelé à se justifier sur la gestion du marché de l’annuaire des abonnés du téléphone. Son assistante Georgette Owotou l’a souvent accompagné au Tcs pour les mêmes besoins d’enquête. Lorsqu’il quitte la tête de la Camtel, quelques temps après, Nkoto Emane et sept autres cadres de l’entreprise étatique de télécommunications personnes, sont interdites de sortie du territoire.

Il s’agit de Richard Maga (ex Dga), Kenneth Agbor Enow (ex directeur des finances et du budget), Boris Nganou (Coordonnateur du programme Cmn), Evariste Dieutoss (ex directeur des ressources humaines), feu Benjamin Gérard Assouzo’o (ex directeur de la communication et du marketing, puis chef du service des marchés), Marcelin Tsam Gah (ingénieur) et Jean Claude Mfou’ou (commissaire aux comptes).

Lex patron de fa communication et l’ex Dg sont déjà morts. Les poursuites s’éteindront pour eux , mais pas forcément pour les autres, surtout que la personne principalement visée dans l’affaire, Boris Nanou, est vivant et ne jouit d’aucune immunité. Et dans le cadre de l’Opération Épervier généralement, les enquêtes aboutissent au moins à une détention provisoire.

La Nouvelle Expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi