Camerounactuel

Complexe sportif d’Olembe : le gouvernement sacrifie les sous-traitants

Après avoir consommé le budget alloué à la construction du complexe sportif, dédié au président de la République du Cameroun, Paul Biya, l’entreprise Magil, avec l’assentiment de la Task Force et du Minsep, refuse de payer les sous-traitants ayant permis l’édification de cette infrastructure inachevée, sans payer les factures dues.

Il s’agit d’un constat simple La Task Force, en charge de la gestion des fonds publics dédiés à la construction du Complexe sportif d’Olembe (Coso) et le Ministère des sports et de l’éducation physique (Minsep), maître d’ouvrage dudit chantier sacrifient les sous-traitants et les petites et moyennes entreprises (Pme) camerounaises, au profit de la multinationale de bâtiment et travaux publics (Btp), Magil construction.

Les tractations entre quelques membres du gouvernement démontrent la mise à la touche des principales entreprises ayant oeuvré pour la tenue, au forcep, de la coupe d’Afrique des nations 2021 qui s’est tenue au «Stade Paul Biya» d’Olembe.

L’entreprise franco- canadienne, après avoir consommé l’essentiel du budget alloué à la construction du Complexe sportif d’Olembe, obtient en outre la mise à l’écart des principales entreprises ayant contribué à l’édification de l’une des parties visibles de l’éléphant blanc que constitue désormais le complexe sportif d’Olembe.

Dans un jeu connue et visiblement approuvé de la Task Force, coordonnée par le secrétaire général de la présidence de la République, Ferdinand Ngoh Ngoh, et du ministère des sports et de l’éducation physique, Narcisse Mouelle Kombi, les quatre principaux sous-traitants sont bottés en touche, sans que leurs factures ne soient payées.

Les factures impayées des sous-traitants de l’entreprise Magil construction sur le chantier de construction du Complexe sportif d’Olembe sont évaluées à environ 14 milliards de Francs Cfa. Dans le même temps, l’entreprise a consommé 54 milliards de Francs Cfa sur les 55 milliards Fcfa prévus pour l’achèvement du complexe sportif d’Olembe dont le taux de réalisation est estimé à moins de la moitié, à ce jour.

L’entreprise Magil construction qui a émis un avis de non recevoir à l’Etat du Cameroun pour la mise à disposition du stade Olembe, à la veille de la coupe d’Afrique des nations qui s’est déroulée au Cameroun en 2021, comptabilise des factures impayées à plus de 20 Pme, sous-traitants de ce chantier inachevé.

Nos demandes d’informations adressées à l’entreprise Magil construction sont restées sans réponses. Les investigations préalables indiquent que l’entreprise est doit des factures impayées d’environ 10 milliards de Fcfa à la Btp française, Razel. Entreprise ayant réalisé le gros œuvre, les voies d’accès et la livraison de l’essentiel du béton du complexe sportif d’Olembe.

La facture de l’entreprise italienne Sms Satori, ayant réalisé les pistes d’athlétisme du stade principal et de ses deux annexes, s’élève à environ 275 millions de Francs Cfa. Gregori, entreprise belgo- marocaine ayant réalisé les aires de jeu du stade principal et des deux annexes réclame des factures impayées estimées à environ un milliards de Fcfa.

A ceci s’ajoute la dette des sous-traitants locaux estimée à environ deux milliards de Francs Cfa. Des Pme (Ocaparca, Gms, Ges, Génie électrique, Perfect, Geode,3N, See, Winsolla, Nani,Cofali, Gese et autres) ayant réalisé le gros des travaux de finitions, d’électricité, de plomberie, placo-plâtre, maçonnerie, pose des carreaux, pose des pangolins et autre revêtement.

Contraste et dissonances

La reprise des travaux de construction du complexe sportif d’Olembe tarde. Des sources proches de la Task Force soulignent avoir constaté que l’entreprise ne dispose ni de provision financière, ni de matériel pour redémarrer le chantier.

Proches de l’entreprise Magil, des sources indiquent que l’entreprise a commis une équipe de vérification et de contrôle qua-; lité. Une équipe perçue comme répressive par l’ensemble des sois-traitants. Dans le même temps, le contrôleur assermenté par le maître d’ouvrage, Labogenie est mis à la touche par l’entreprise franco-canadienne Magil.

Sous cape, une source proche de l’entreprise Magil indique qu’il s’agit de constater les failles des sous-traitants sur le chantier Dans le même temps, l’entreprise Magil qui a livré cette partie de l’infrastructure à l’Etat du Cameroun a aussi perçu plus de 400 millions de Francs Cfa pour la maintenance du stade durant te déroulement de la Coupe d’Afrique des nations de football et la remise à niveau des infrastructures. Enveloppe non justifié par l’entreprise Magil malgré tes insistances du ministre des sports et de l’éducation physique.

La posture de l’entreprise franco-canadienne, Magil, intervient après les réclamations de ses sous-traitants. Aux lendemains de ces réclamations, l’entreprise a adressé de nombreuses correspondances au Minsep . pour décliner ses responsabilités vis-à-vis d’elles.

Aussi pour exiger le paiement de 12 milliards de Francs Cfa que l’entreprise entend employer pour le paiement des factures des mêmes sous- traitants. Au plan social, des travailleurs et chefs de familles font le serment d’être à l’encontre de chantier qui semble produire des mydriases. Dans le même temps, l’espace public semble loin de cette affaire qui engloutit des fortunes.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi