Camerounactuel

Cameroun : le HCR demande instamment de soutenir les déplacés internes dans la région de l’Extrême-Nord

Le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, a appelé à un soutien plus important pour les personnes déplacées à l’intérieur du pays, les réfugiés et les communautés d’accueil dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun.

Le conflit intercommunautaire a commencé l’année dernière après que les éleveurs se sont affrontés avec les agriculteurs et les pêcheurs au sujet de la diminution des ressources en eau.

Le HCR et ses partenaires font ce qu’ils peuvent pour fournir une aide d’urgence et créer des solutions plus durables pour atténuer de nouveaux conflits et ramener la paix dans les communautés locales, selon Grandi.

« Nous devons soutenir cette réconciliation », a déclaré Filippo Grandi, « parce que sans réconciliation et sans reconstruction, les gens ne rentreront pas, et ils le feront, cela deviendra un problème humanitaire prolongé.

Le conflit dans l’Extrême-Nord a été déclenché par un différend entre éleveurs et pêcheurs au sujet de la diminution des ressources en eau. Au moins 100 000 personnes ont été déplacées à l’intérieur du pays ou ont fui vers les pays voisins.

À Bogo, où le HCR a installé un camp pour fournir un abri et d’autres services essentiels à plus de 2 000 personnes déplacées, une nouvelle initiative de plantation d’arbres a été lancée pour protéger l’environnement. Grandi a déclaré : « Lorsque nous aidons les déplacés, pouvons-nous le faire d’une manière respectueuse de l’environnement ? Et ici, j’ai vu de très bons exemples de cela. J’ai vu l’énergie solaire être utilisée. Nous avons planté, je me suis planté des arbres dans un petit projet de reboisement. Je pense qu’il est important que nous aussi, nous, les travailleurs humanitaires et le gouvernement, pensons même à l’aide humanitaire en termes verts, en termes respectueux de l’environnement, et c’est un petit projet, mais un excellent exemple pour le reste du monde.

L’Extrême-Nord du Cameroun est un véritable carrefour de routes commerciales et de cultures. Outre le commerce, l’économie locale repose sur l’agriculture, l’élevage, la pêche, le tourisme, le transport de marchandises, l’artisanat et la chasse selon le groupe de crise international.

La lutte contre Boko Haram dans la région a exacerbé la situation économique déjà délicate et mis sous pression les rôles socio-économiques traditionnels.

Africanews

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles