Camerounactuel

Cameroun : il répudie son épouse malade mentale

Une femme a saisi la justice pour obtenir le divorce d’avec son époux. Elle déclare avoir été victime des violences conjugales et répudiée du domicile conjugal il y a 16 ans. Pour sa défense, l’homme soutient que sa femme est une folle.

Amoureux d’hier et ennemis d’aujourd’hui, Joshua et Marine ne se supportent plus. Le couple, qui ne vit plus soifs le même toit depuis 16 ans, a décidé mettre définitivement un terme à leur mariage. L’initiative est celle de Marine, 39 ans environ, qui dit ne plus reconnaître l’homme qu’elle a jadis aimé et épousé. La dame, qui est déterminée à éponger ses 24 années de vie commune passées aux cotés de Joshua, a déposé une requête en divorce devant le Tribunal de premier degré (TPD) de Yaoundé. Manque de communication, répudiation, violences conjugal et incompatibilité d’humeur, sont les griefs qu’elle reproche au père de ses enfants.

Les époux se sont présentés devant le juge la semaine dernière accompagnés de leurs avocats respectifs. Joshua, qui vit à l’extérieure du pays, était très attendu devant la justice ce jour pour donner sa version des faits dans cette procédure qui a plusieurs fois été renvoyée pour sa comparution. Assistés par leurs conseils, Marine et son époux se sont presque donné en spectacle. Au cours de l’audience, Joshua, qui porte encore son alliance au doigt, a lui aussi introduit une requête reconventionnelle en divorce devant la même juridiction où il accuse son épouse d’avoir déserté le domicile conjugal.

C’est avec beaucoup de peine que Marine a expliqué au tribunal les raisons qui l’ont poussé à demander le divorce à son époux. Elle raconte avoir convolé en justes noces avec Joshua en 2003 alors qu’elle était seulement âgée de 15 ans et lui en avait 25. Le jeune couple a érigé son domicile conjugal dans la concession familiale de l’époux à Yaoundé. Les premières années qui ont précédé leur mariage civil étaient comblées d’amour et de bonheurs, aux dires de la dame.

Toutefois, Marine reconnaît que sa vie de couple n’a pas toujours été un long fleuve tranquille. Elle dit avoir été victime des violences conjugal au début même de sa relation avec Joshua et avoir donné naissance à leurs trois bouts de choux dans cette atmosphère. Les enfants du couple sont aujourd’hui âgés respectivement de 25, 23 et 20 ans. Marine soutient également que sa belle-famille est d’une part responsable de sa rupture avec son joshua.

«Mon mari avait l’habitude de me bastonner, et moi je supportais les coups sans rien dire. Tout a basculé lorsqu’il a voulu célébrer notre union à l’église, je lui ai proposé de le faire dans mon église. C’est à ce moment que sa famille a commencé à le monter contre moi. On lui disait que je vais le tuer. Finalement, le mariage religieux n’a plus eu lieu », a-t-elle déclaré.

La prison

En effet. Marine, qui a connu son homme dans l’église catholique, dit avoir changé de religion. Ce qui l’a éloigné une fois de plus de son homme et incité la haine de sa belle-famille. «Mon mari n’acceptait pas mes pratiques religieuses et on ne s’entendaient plus sur la façon de prier Dieu.» C’est ainsi qu’un jour fatidique de l’an 2011, Marine, sous la pression de sa belle-famille, a été répudiée de son foyer.

«J’ai été battue et chassée du domicile conjugal à 4h du matin sans aucun reproche. Il m’a menacé de ne plus me voir chez lui. je suis allée me réfugier chez mes ,parents. Depuis ce jour, mon mari ne s’est jamais approché de ma famille pour une quelconque réconciliation. Depuis 16 ans que nous sommes séparés, il n‘a jamais pris de mes nouvelles», a-t-elle confié.

«Ma cliente ne demande rien en retour à son époux. Il y a plus de communication entre eux, et ne s’entendent plus sur la façon de louer Dieu. Cet homme a peur de l’eau bénite. La seule chose qui lés unit c’est l’acte de mariage. Elle veut être libre. Le mariage n’est pas une prison», a soutenu son avocat. Pour ce qui est des enfants du couple, Marine a expliqué au tribunal que ces derniers vivent avec leur père depuis son départ du domicile conjugal et ne revendique pas leur garde.

Présent à l’audience, Joshua ne s’est pas fait prier lorsque le tribunal lui a enfin donné la parole. Le père de famille, qui est un célibataire bien qu’étant encore marié, a pour sa part raconté au juge que son épouse a abandonné leur résidence commune d’elle-même. Il soutient que la religion de sa femme n’a jamais influencé sur leur vit de couple.

Selon lui. Marine a un problème de déséquilibre mental et refuse de se faire soigner. «Ma femme est folle. Après son départ du domicile conjugal j’ai voulu l’emmener chez un psychologue pour un suivi, mais elle s’est opposée. Sommée quelques mois plus tard de regagner la maison, elle ne s’est toujours pas exécutée jusqu’à ce jour, je suis allé la chercher dans sa famille, ma femme a refusé de me suivre», a-t- il martelé.

Réplique

«Il est curieux qu’un homme qui a répudié son épouse lui somme encore de réintégrer b domicile conjugal Elle est partie d’elle- même. Cette dame a plusieurs fois enlevé leur dernier fils troublant ainsi sa scolarité», a renchérie l’avocat de joshua.

L’homme a profité de son tour de parole pour introduire une requête reconventionnelle en divorce devant la même juridiction où il se plaint non seulement d’avoir été privé de sexe pendant 16 ans, mais aussi du défaut de cohabitation de son épouse.- Il s’engage enfin a continué de s’occupe de sa progéniture comme il l’a toujours fait jusqu’à ce jour.

«Mes enfants ne manquent de rien, lis sont épanouis et premiers en toute chose. Iis sont bien avec moi, et je suis à la fois leur père et leur mère. Ma femme peut venir les rendre visite à la maison si elle te veut. Ce sont aussi ses enfants », a- t-il conclu. L’affaire a été mise en délibéré pour le mois prochain.

Kalara

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières nouvelles

Ma vie au quotidien

Les plus lus

Lire aussi