Camerounactuel

Cameroun : elle rate les épreuves du bac pour passer du bon temps chez son copain

Nadège Stevie, 17 ans, a disparu de la circulation à deux jours de l’examen, et n’a été revue que dimanche, chez un adulte.

Elève dans un collège privé au quartier Soboum (arrondissement de Douala III), Nadège Stevie est réputée intelligente. A 17 ans, elle s’apprêtait à passer son Bac D cette année. Sauf que finalement, au moment des épreuves lancées le 30 mai dernier, l’adolescente sera introuvable. De fait c’est deux jours avant, le 28 mai, qu’elle est perdue de vue par ses parents, habitants du quartier Ngonsua par New Bell (arrondissement de Douala II).

Selon des informations obtenues par Cameroon Tribune, dans un premier temps ils la pensent chez sa camarade Bernadette F., avec laquelle elle a pris l’habitude d’étudier, et se disent que les deux élèves ont décidé d’intensifier la préparation de l’examen. Une pointe d’inquiétude naît néanmoins, surtout que le téléphone de Nadège Stevie ne passe pas. L’inquiétude enfle quand Bernadette, finalement jointe, dit qu’elle ignore où se trouve sa camarade.

Le 30 mai, jour de début des épreuves, les parents se rendent au centre d’examen de leur fille, le collège St Michel de Douala, espérant l’y trouver. En vain. L’inquiétude se teinte d’angoisse, se pare de détresse, tandis que s’amincit le fil de l’espoir des parents. Le Bac passe, Nadège reste introuvable. Jusqu’au dimanche 12 juin dernier.

Un voisin de ses parents, sorti pour son sport dominical, passe par Nkoulouloun (toujours dans le grand New Bell) récupérer un bidon de vin de palme dont il avait passé commande. Ses cinq litres lui sont remis dans un récipient qu’il estime peu fiable : il réclame un bon bidon. Pendant qu’il attend, une porte s’ouvre en face du point de vente, et il voit la fille de ses voisins – qu’il sait accablés par sa disparition depuis des jours – sortir mettre une serviette à sécher.

L’homme crie son prénom et Nadège, effrayée, fait marche arrière et referme la porte. Le voisin, sorti courir sans téléphone, pique un sprint vers Ngonsua. Non sans s’être un peu renseigné : il apprendra que la jeune femme est « chez son gars », un manutentionnaire de 37 ans en service au port de Douala et répondant au prénom de Boniface.

Quand la famille de Nadège rapplique, le « gars » a disparu. A la question posée par son géniteur de savoir ce qu’elle fait là, la jeune fille dit qu’elle ne sait pas. Ce qui provoque l’ire paternelle, et une avalanche de coups. D’abord sur place, puis au domicile familial. Aux dernières nouvelles, la jeune fille serait encore hospitalisée. Boniface, lui, est traqué par le commissariat spécial de Douala II.

Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles