Camerounactuel

Cameroun-Côte d’ivoire : Eunice Zunon demande pardon après sa bagarre avec Tenor

L’ivoirienne Eunice Zunon souhaite que son problème de couple avec Tenor ne mette pas en opposition le Cameroun et la Côte d’ivoire. Lisez ci-dessous son texte.

«Humblement, je demande pardon»
Ces derniers jours, la toile s’embrase suite à une vidéo devenue virale.
Ladite vidéo me montre en plein dans une scène de ménage, une bagarre entre Thierry Mengoumou Ayia plus connu sous le pseudonyme de Ténor et moi Zunon justine Christiane Eunice connu sous le pseudonyme EUNICE ZUNON Depuis lors, ils sont nombreux mes proches, amis et connaissances qui me joignent pour en savoir davantage.

Avant tout propos, je voudrais présenter à la nation entière, mes sincères regrets et excuses.
Car l’Education que la Côte d’Ivoire m’a donné n’est pas celle que tentent de réverbérer certaines personnes, à travers cette vidéo diffusé à foison, pour satisfaire certains desseins inavoués.

Qu’il me soit permis de ne pas entrer, ce jour, dans les détails de cette affaire dont nous aurions dû épargner les populations ivoiriennes et camerounaise déjà confrontées à d’autres aspérités socioéconomiques au quotidien.

Aujourd’hui, je voudrais, avec humilité, demander pardon à tout un chacun pour ces images qui ne me grandissent pas et ne m’honorent guère.

J’ai reçu une éducation rigoureuse, ancrée dans des valeurs de respect de l’autre, de retenue et de contrition de la part de mes parents.

Seulement, et cela est une réalité vécue de tous, la vie en couple n’est jamais un fleuve tranquille. Il y a des couacs, des hauts et des bas.

Ce qui, naturellement, peut pousser à l’agacement, au stress et à certaines attitudes pas toujours appréciables.
Sans jeter la pierre à qui que ce soit car je ne veux pas, par cette publication, tirer la couverture vers moi, je veux juste demander l’indulgence des uns et des autres vis-à-vis de ma modeste personne.

En plus, qu’il me soit permis de m’adresser à certains extrémistes qui veulent réveiller de vieux démons en attisant la haine de l’autre pour muer cette affaire en conflit entre Ivoiriens et Camerounais. Cette affaire doit être circonscrite dans les proportions qui sont les siennes : une scène de ménage. Pas plus.

Je voudrais, pour finir, demander que tout un chacun m’accorde son pardon.

Le temps seul saura penser les blessures.

Merci à vous pour tout.

Votre sœur, amie , votre seule bouche pointue eunichou et fille

Eunice »

 

 

 

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi