Camerounactuel

Bafoussam: la ville se désinfecte

La mairie de la ville multiplie les actions de propreté dans les marchés et les transports pour empêcher la propagation du Coronavirus.

Au Palais de justice de Bafoussam, un vigile en fonction à l’entrée veille au grain. Toutes les personnes qui franchissent le seuil de ce bâtiment administratif de service public doivent se soumettre au procédé du lavage des mains.

Un fut, d’une contenance de 250 litres disposant d’un robinet et un morceau de savon sont disposés à l’entrée, pour faciliter le déroulement de cette opération. Cette démarche s’effectue aussi à l’entrée, des mairies, à la sous-préfecture, à la préfecture et à l’entrée des principaux marchés de la ville.

La mairie, qui a disposé cette dizaine de fûts, veille quotidiennement à renouveler le contenu et la présence du savon. Cette première action a été menée pour inciter les personnes, sans aucune exclusive, à laver en permanence les mains.

Nous encourageons et accompagnons progressivement les autres services à installer ce dispositif de lavage des mains », résume Roger Tafam, le maire de la ville.

L’autre opération forte qu’effectue actuellement la mairie sur le terrain, consiste à désinfecter les différents sites populeux. « Nous avons commencé cette activité par les marchés.

Pour cela, nous avons obtenu des commerçants qu’ils ferment leurs boutiques plus tôt, entre 14h30-15h30. Ce qui a permis à nos équipes de se déployer dans les artères du marché « A », du marché « B » du marché « C » et du marché Casablanca pour les désinfecter.

C’est une opération que nous allons poursuivre dans les autres points de masse dans la ville », précise Roger Tafam. Le maire de la ville et les maires d’arrondissement ont suspendu la célébration des mariages, jusqu’à ce que le Coronavirus cesse d’être une menace permanente. Les actions de sensibilisation ne sont pas en reste.

A longueur de journée, un véhicule sonorisé de la mairie parcourt la ville pour rappeler aux populations les mesures instruites par le gouvernement, et les sanctions auxquelles sont exposés ceux qui violent ces dispositions.

Les prospectus élaborés par le ministère de la Santé sont réadaptés localement avec l’ajout d’un numéro vert sonnant à Bafoussam, et affichés un peu partout dans la ville.

Les médias locaux poursuivent la sensibilisation en diffusant des messages en langues officielles et nationales. Des mesures qui ici, on l’espère, vont contribuer à dompter le COVID-19.

Source: Cameroon Tribune

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles