Camerounactuel

Au tribunal : la veuve d’un ancien ministre poursuit un chef d’entreprise pour escroquerie

Madame Tchouta Moussa reproche à l’homme d’affaires de lui avoir pris d’importants fonds pour la construction d’un forage d’eau qui a été d’une courte durée de vie. La brouille entre les deux parties les a conduits devant la justice. Le mis en cause a donné sa version des faits en l’absence de la plaignante.

Le torchon brûle entre Esther Tchouta Moussa, la Veuve l’ex ministre Paul Tchouta et Jean Pierre Bouwe Nganjui, le directeur de la société Forax, spécialisée dans la construction des forages d’eau. Faute d’un .arrangement amiable dans le conflit qui les oppose, les deux parties se retrouvent devant le Tribunal de première instance de Yaoundé centre administratif.

En effet, Esther Tchouta Moussa reproche à l’entrepreneur d’avoir reçu d’elle la somme de 6 millions de francs en vue de lui construire un forage d’eau à Banganté dans le Ndé, en 2014. La plaignante dit que l’ouvrage est tombé en panne quelques mois seulement après sa mise en marche. Et depuis brs, elle n’a pas reçu le remboursement de ses fonds, et le forage, quant à lui, n’a plus jamais fonctionné.

C’est ce qui a entraîné la brouille entre les deux personnalités qui n’ont pas pu trouver un terrain d’entente. La veuve estime que Jean Pierre Bouwe Nganjui a usé de manœuvres de toutes sortes pour la convaincre de lui remettre des paiements d’un travail qui a été mal exécuté. Puisque, selon elle, le problème n’est pas seulement de construire un forage, mais il est question que l’eau coule dans la résidence de manière durable. Raison pour Laquelle, elle accuse l’homme d’affaires d’escroquerie.

Le 14 mai 2020, l’affaire revenait pour l’audition du directeur de Forax. Dès l’entame de son témoignage, il a rejeté en bbc les accusations portées contre sa personne. Il explique que la société qu’il dirige, est agrée auprès du ministère de l’Energie et des Eaux comme une entreprise experte en forage d’eau au Cameroun et en Afrique centrale, depuis 15 ans.

Il a dit que c’est l’ex ministre Ngoubeyou, actuellement Sénateur, qui l’a mis en contact avec Esther Tchouta Moussa, la belle-sœur de ce dernier. Lors de leur première rencontre, le patron de Forax explique avoir présenté à la veuve les différentes étapes de réalisation du projet en lui indiquant qu’une phase valide la poursuite de l’autre. Une facture proforma lui a été délivrée le 12 mars 2014, date à laquelle, il confirmait l’offre définitive.

Dans ce document, la première étape du projet, portait sur les études géophysiques devant déterminer la disponibilité et la qualité de la nappe d’eau. Elle a été effectivement réalisée avec un avis favorable et rémunéré à hauteur de 300 mille francs. C’est alors que les travaux de forage et autres ont commencé et se sont achevés «avec le jaillissement de beaucoup d’eau».

Le coût desdits travaux s’élevait à 5 millions de francs. La dernière phase des travaux consistait à installer un réseau qui conduit l’eau jusqu’à la résidence de la veuve». C’est ce qui a été tait contre un paiement d’un million de francs.

M. Bouwe Nganjui note que l’ouvrage a été bel et bien réceptionné par les représentants de la plaignante. «Quelques mois après la livraison du forage, elle m’a appelé pour m’informer que je devais faire des travaux d’extension du réseau jusqu’au domicile de M. Ndjapon, son voisin, qui avait des problèmes d’eau. Je l’ai fait et il m’a payé la somme d’un million de francs, sans problème» a-t-il déclaré.

Maintenance du forage

Dans la suite de son témoignage, l’entrepreneur a fait certaines précisions pour éclairer le tribunal 11 a dit n’avoir jamais fait la publicité de son entreprise auprès Esther Tchouta Moussa. Il ajoute que le contrat dans cette affaire se limitait à la production de l’eau et non à la maintenance du forage qui devait faire l’objet d’autres pourparlers.

«Je suis convaincu d’avoir bien fait mon travail La preuve, c’est que la plaignante a payé toutes mes factures. Son voisin qui a sollicité mes services par ta suite, ne s’est jamais plaint. Néanmoins, si elle le permet, je peux envoyer un de mes collaborateurs régler sur place le problème» a-t-il conclu.

Dans seS réquisitions, le représentant du parquet relève que le mis en cause a déterminé la veuve avec des promesses de lui construire un bon forage. Elle a déboursé d’importantes sommes d’argent, mais le résultat est désolant. Il a ajouté qu’il règne un désordre dans ce secteur qui regorge des opérateurs malhonnêtes qui flouent leurs clients. Il demande au tribunal de donner une sanction exemplaire au directeur de Forax. L’avocat de la plaignante a corroboré les propos du ministère public. Il ajoute que Bouwe Nganjui a déterminé sa cliente à lui confier ce marché à travers ses correspondances qui faisaient la publicité de son expertise.

«Il a tout fait pour convaincre la veuve , mais il a oublié qu’on juge le maçon au pied du mur», a noté l’avocat. Il a demandé au juge de déclarer le mis en cause, coupable des faits d’escroquerie qui sont caractérisés. 11 a annoncé que sa cliente s’est constituée partie civile et attend présenter sa demande de réparation le moment venu.

L’avocat de la défense pense pour sa part, souligne que ta partie adverse s’est livrée à de la littérature sans apporter la preuve des manœuvres qui ont déterminé la plaignante à débourser les fonds au centre du procès. Il observe qu’il y a contradiction entre les déclarations de Tchouta Moussa Esther qui reconnaît dans la sommation interpeilative de l’huissier que «l’eau a coulé dans son domicile» et celles du parquet et de son confrère de l’accusation qui nient ce fait.

L’avocat a relevé que le voitan de la plaignante ne se plaint pas et si la plaignante n’était pas satisfaite, elle aurait, selon lui, saisi le ministre Ngoubayou qui a joué le rôle d’intermédiaire. «Ce qu’elle n’a pas fait», a-t-il poursuivi. Pour lui, les faits ne sont pas Constitués étant donné que son clieàt n’est allé faire ce travail avec l’intention d’extorquer les fonds à la veuve de l’ex ministre. Il demande la relaxe de son client. La décision est attendue le 11 juin prochain.

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles