Camerounactuel

Affaire Mvogo Emeline : le Cnc sanctionne Vision 4

Le Conseil national de la communication a également suspendu des journalistes d’autres médias pour entorses à la déontologie.

Plus de 8h de concertation à huis clos. Le Conseil national de la communication (Cnc) a siégé en sa 31e session extraordinaire, le 28 juillet dernier.

Au menu des points inscrits à l’ordre du jour qui a réuni tous les membres du Conseil, l’examen de dix-sept(l 7) plaintes.

Les sanctions qui en résultent gravitent autour de la carence dans la tenue d’antenne, la conduite problématique des émissions interactives, les discours haineux, la diffusion des atteintes aux bonnes mœurs et l’atteinte à la cohésion sociale et la dignité des personnes, des incitations à la violence.

Dans l’affaire Mvogo Émeline (Chef de centre des Impôts) et la chaîne de télévision Vision 4, le nommé Raoul Christophe Bia est suspendu pour une durée de deux mois pour dérive professionnelle. Le Cnc indique qu’il a tenu des propos offensants, injurieux et dévalorisants à l’endroit de la plaignante.

Les nommés Owona Thaddée, Mathieu Bertrand Seme Ekong, Bruno Bidjang, également sociétaires de Vision 4, sont quant à eux suspendus de l’exercice de la profession de journaliste pour une durée d’un mois.

Sont également suspendus pour une durée d’un mois, les directeurs de publication des organes de presse écrite « L’expression », « La République », « l’Elite », « Le Pélican », « Perspectives d’Afrique», « Le Quotidien », et « Le National ». Dans le même peloton, le chef de la station radio « Ris Radio », Sismondi Barlev Bitjocka est suspendu de l’exercice de la profession de journaliste pour une durée de trois mois. Une sanction double pour le directeur de publication de l’organe de presse écrite « Le National ».

Non seulement suspendu de ses fonctions de Dp dudit journal pour deux mois, sa structure, elle aussi, écope un mois de suspension. Quant au cas Vanessa Inelle Kengne, directeur de publication du journal dénommé « L’Information », elle est suspendue pour une durée d’un mois pour insuffisance d’encadrement de son équipe.

Il faut rappeler que la dernière session extraordinaire du Cnc date du 5 mai dernier. Au terme de ces travaux, des sanctions avaient été infligées à une vague de journalistes pour non-respect de l’éthique et de la déontologie de la profession de journaliste au Cameroun.

Mutations

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles

Les plus lus

Lire aussi