Camerounactuel

30 milliards de redressement fiscal : la maffia aux trousses de Vision 4 TV

Un redressement fiscal de plus de 30 milliards pour pousser le propriétaire-promoteur du groupe l’Anecdote à s’effacer et à fermer la télévision de Nsam.

Le redressement fiscal adressé par quelques fonctionnaires des impôts au directeur général de Vision 4 TV, relève de l’inédit. Dans son courrier du 21 mars 2022 au Dg de cette chaîne de télévision, l’inspecteur vérificateur Ahmadou Tidjani est sans pitié.

« J’ai l’honneur de vous faire connaître en annexe, la position définitive de l’Administration Fiscale sur les différents chefs de redressements soulevés. Il en ressort que votre dette fiscale liquidée en annexe s’élève à la somme de Fcfa 11 121 649 178 (onze milliards cent vingt et- un million six cent quarante-neuf mille cent soixante-dix-huit Francs Cfa) répartie comme suit : -Principal: Fcfa 6 302 713 897 – Pénalité et Intérêts de retard : Fcfa 4 818 935 282 ».

On tombe à la renverse surtout qu’il s’agit non pas d’une entreprise qui produit des richesses, mais juste une télévision à capitaux public dans un pays où les publicités sont minces et rares surtout.

Comme si le zèle, le délit de nuisance, l’arrogance et l’impertinence ne suffisaient pas, l’inspecteur vérificateur verse dans la surenchère nauséabonde et un harcèlement déguisé.

« Les impositions consécutives au contrôle fiscal étant immédiatement exigibles, je vous invite à faire parvenir à votre centre d’impôts de rattachement dans un délais de trente (30) jours, à compter de la date de réception de la présente notification accompagnée de l’Avis de Mise en Recouvrement (Amr) ci-joint ,un (01) ordre de virement d’un montant de Fcfa : 11 121 649 178 libellé à l’ordre du Trésorier payeur général de Yaoundé », martèle-t-il.

Poursuivant dans la menace, usant d’une bonne dose d’abus de fonction, de trafic d’influence; chantage en coin, le fonctionnaire des impôts ajoute: « À défaut de vous exécuter dans les délais ci- dessus prescrits, il sera procédé au recou- vrement de ces impositions par toutes les voies de droit, conformément aux dispositions des articles L55 et suivants du Livre des Procédures Fiscales (Lpf) du Code Général des Impôts (Cgi) », écrit Ahmadou.

11 milliards Fcfa d’impôts pour une télévision

Au prétexte d’un redressement fiscal aux entournures outrancières de la révolte, l’indignation et le ras le bol populaire, la maffia des collecteurs d’impôts ou ce qui en tient lieu est perceptible. À qui veut-on faire croire qu’une chaîne de télévision à capitaux privés peut engranger des bénéfices jusqu’à être punie, contrainte à payer 11milliards de Fcfa?

Si on admet le prélèvement de 20% (11 milliards) d’impôts, en questionnant le redressement fiscal querellé, cela subodore que Vision 4 télévision roule sur un chiffre d’affaire d’au moins cinquante (50) milliards. De l’inédit; du jamais vu dans les médias à capitaux privés au Cameroun où les publicités sollicitées des administrations publiques restent la chasse gardée de la presse à capitaux publics.

Même la Crtv qui reçoit en exclusivité l’entièreté des redevances audiovisuelles ne peut être frappée d’une telle méchanceté fiscale. Rappel de mémoire ils sont à peine deux dans l’histoire des redressements fiscaux au Cameroun à avoir été ainsi lourdement frappés: dix milliards sur Fotso Victor qu’on voulait châtier parce que le soupçonnant d’être dans l’opposition alors qu’il n’en était rien. Dix milliards également pour le Pdg du groupe Castel. À l’époque le pape des brasseries au Cameroun était obligé de faire le déplace- ment de la France pour rencontrer le président Paul Biya.

Complaisance, inconscience et insouciance Heureusement pour les deux emblématiques hommes influents dans le monde des entreprises, le chef d’État Paul Biya avait fait effacer ces faramineuses sommes d’argent au titre des impôts. Dans le fauteuil de Victor Fotso et Pierre Castel se trouvent aujourd’hui Vision 4 TV.

Si les deux gros porteurs en termes de production de richesses sont des mastodontes, on peut s’intéresser, questionner les revenus d’une chaîne de télévision. Un milliard en plus sur les mastodontes, une grande première au Cameroun.

« Pour toute contestation éventuelle desdites impositions, vous conservez toujours la faculté d’introduire une réclamation contentieuse auprès du Directeur Général des Impôts conformément aux dispositions du code général des impôts », conclut l’inspecteur vérificateur.

Quel culot ! Un sibyllin dosage de méprise, de complaisance, de l’inconscience et l’insouciance. Bien plus, il s’agit d’un cynisme vicieux et insoutenable d’un collecteur d’impôts qui ne mesure pas les conséquences nocives pour le Cameroun en termes de pertes d’emplois, des freins au développement médiatique si jamais une télévision camerounaise de la grandeur de Vision 4 TV venait à pousser à la faillite et à fermer les portes.

Le Messager

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles