Camerounactuel

Yaoundé: les mesures de distanciation pour le payement des factures ne sont pas respectées

Dans deux agences commerciales de Camwater, les clients s’agglutinent pour régler les factures en période de pandémie.

Mardi 14 avril 2020. Sous un soleil ardent, plusieurs personnes foncent vers les caisses de la Camwater. Il est 13h. Nous sommes à l’agence commerciale qui se situe au lieu-dit, Snec-Tongolo. Devant les trois caisses ouvertes, les clients s’agglutinent.

La distanciation sociale, une mesure barrière du covid-19 prescrite par l’organisation mondiale de santé (Oms) n’est pas appliquée. Chacun a sa raison. « Je fuis le soleil », « je garde mon rang », « Je veux vite payer », avancent des messieurs abordés. Les plus avertis attendent dans leurs voitures comme Martine.

Les autres se baladent dans la cour et attendant que l’affluence baisse ou que leur qu’ils se rapprochent du guichet à s’effectue le paiment : « Ils sont nombreux, je m’éclipse un peu pour éviter le contact», préfère un autre. Nestor a par contre a rebroussé chemin.

Le lavage des mains et le port des masques de protection sont en revanche respectés. A l’agence de Tongolo, les clients venus s’acquitter de leurs factures arborent des cache-nez. Ils se lavent les mains grâce au dispositif installé. A l’entrée, des petits fûts d’eau sont posés.

On en compte trois. Des morceaux de savon aussi, à côté de chaque fût. Dans un communiqué de ladite entreprise, daté du 18 mars il est inscrit parmi les mesures, l’installation des dispositifs de lavage des mains.

Ce qui coince reste l’application de la distanciation sociale. Une source nous indique aussi qu’à Yaoundé à l’agence du quartier Biyem-assi, les clients se touchent.

Se tournant vers la Camwater, la société chargée du service public de l’eau potable et l’assainissement au Cameroun, nous obtenons que « les attroupements observés sont ceux des clients retardataires qui attendent le dernier jour pour payer».

Puis :« Les Camerounais sont têtus, allez dans toutes les autres structures dans lesquelles les gens doivent respecter la mesure de distanciation sociale, personne ne les respecte ».

A la question de savoir quelles sont les initiatives prises par la société pour barrer la voie au covid-19, un cadre, joint au téléphone, lâche : « La Camwater suit les 20 mesures édictées par le gouvernement.

Nous ne pouvons pas faire la police derrière plus de 426 000 abonnés ». Dans le même communiqué suscité, il est prévu que soit instauré un circuit et un système d’accueil d’orientation et de régulation de flux des abonnés dans les agences commerciales.

Le but était d’éviter les regroupements de plus de dix personnes dans les salles et halls. Ils étaient aussi rappelés aux usagers d’utiliser les mécanismes de paiement électroniques. L’opérateur de téléphonie mobile partenaire est mis à contribution.

Des push messages sont envoyés aux clients formulés comme suit : « les frais de paiement des factures d’eau sont gratuits pour permettre aux abonnés de se laver systématiquement les mains en toute sérénité ». C’est sur ce dernier point qu’un responsable à la Camwater pense que les Camerounais sont encore récalcitrants : « Les paiements électroniques sont opérationnelles à la Camwater.

Mais les Camerounais refusent de payer par cette voie. C’est un problème de mentalité, ils n’aiment pas la modernité technologique. Ils ont l’impression que le paiement électronique n’est pas fiable. Ils sont réfractaires ».

Source: Le Jour

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles