Camerounactuel

Un concours de commissaire de police définitivement annulé après un soupçon de tricherie

En France, les épreuves du concours de commissaire de police par la voie d’accès professionnelle ont été annulées en raison de soupçons de tricherie entre une candidate et le président du jury, le haut fonctionnaire Frédéric Dupuch, selon un arrêté publié samedi au Journal officiel.

« Les inscriptions enregistrées entre le 1er septembre 2021 et le 5 novembre 2021 sont déclarées caduques », tout comme « les résultats obtenus aux différentes épreuves de ce recrutement », est-il écrit.

Les candidats à la nouvelle session de recrutement pourront déposer leur dossier à partir de dimanche et jusqu’au 15 juin. Les épreuves écrites sont programmées le 5 juillet et l’oral à partir du 2 septembre.

L’hypothèse d’une « fraude individuelle » est privilégiée

Les enquêteurs soupçonnent la candidate, une officier commandante, d’avoir « bénéficié d’informations » sur les épreuves, transmises par l’inspecteur général Frédéric Dupuch, actuellement en poste au cabinet du Directeur général de la police nationale (DGPN), Frédéric Veaux.

Le haut-fonctionnaire et la commandante, en poste au pôle juridique de la DGPN, ont été tous les deux suspendus. Des perquisitions ont eu lieu à la DGPN, a indiqué le parquet de Paris.

L’inspection générale de la police nationale (IGPN) est chargée de l’enquête, qui a été ouverte le 6 mai pour « fraude à un examen ou un concours et complicité de cette infraction », a précisé le parquet. Cette enquête devra déterminer « l’ampleur de la fraude », a indiqué une source policière, ajoutant qu’à ce stade l’hypothèse d’une « fraude individuelle » est privilégiée.

À l’origine, des écoutes pour surveiller le frère de la candidate

Cette affaire a été mise au jour à l’occasion d’écoutes judiciaires visant la candidate, a-t-on appris de sources proches du dossier. Les enquêteurs ont intercepté des échanges entre cette femme et le directeur sur la fuite des sujets.

Selon une source policière, la candidate avait été placée sur écoute pour mieux surveiller son frère, visé dans une enquête distincte dans le Nord et qui était difficile à tracer en raison de ses changements réguliers de puces de téléphone.

A la DGPN, Frédéric Dupuch pilotait le projet de réforme de la police nationale, vilipendée par la filière police judiciaire et qui consiste à rassembler, au niveau du département, les différents métiers (sécurité publique, police judiciaire, police aux frontières, et renseignement). Cette réforme pourrait en conséquence accuser du retard dans sa mise en oeuvre, prévue en 2023.

Auparavant, Frédéric Dupuch a notamment été directeur de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne (DSPAP). Il avait été limogé en 2019 après les violences survenues lors des manifestations de « Gilets jaunes ».

Le Parisien

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles