Camerounactuel

Tragédie: cinq jours après son mari, l’épouse du Pr Bernard Momo succombe aussi au Covid-19

Lucienne Essomba a rendu à l’hôpital central de Yaoundé. Deux autres proches du désormais ancien coordonnateur du Programme national de gouvernance se trouvent dans un état inquiétant.

Un malheur ne vient jamais seul. Cet adage populaire rime avec la situation confuse que traverse la famille du professeur Bernard Momo. Le 12 avril dernier, la tête de proue de la famille est passée en premier, de vie à trépas.

Nous sources au sein de la famille, sont péremptoires sur les causes de cette mort. Pour elles, l’ancien Maire de la Commune de Dschang (2007-2013y a été vaincu par le nouveau coronavirus.

Et malgré ses casquettes de grand notable à la cour royale Foréké-Dschang et chef de Lafieh, un village de 3ème degré, il a été illico presto inhumé au mépris des us et coutume bamiléké, dans un cimetière de Yaoundé.

Ces mêmes sources renseignent que l’ancien enseignant de droit public et de droit constitutionnel à l’université de Yaoundé II, aurait contracté le virus dans son bureau au Premier Ministère où est logé le Programme national de gouvernance dont il en était le coordonateur.

Dès qu’il a commencé à présenter les symptômes de la pandémie, apprend-on, il a confessé aux siens avoir été en contact quatre jours plus tôt dans son bureau, avec une expatriée présentant les symptômes similaires. Nos sources écartent de fait l’hypothèse qui a longtemps circulé faisant croire à une contamination lors de son dernier voyage en hexagone un mois plus tôt.

Car de retour de ce voyage, il a notamment pris part le 12 mars 2020 à la prestation de serment du nouvel exécutif municipal de la Commune de Dschang. Et toutes les personnes ayant été en contact avec lui ce jour-là, ne présentent jusqu’à présent aucun symptôme.

A peine remis du choc de la disparition de cet enseignant émérite que ses proches et sa famille allaient de nouveau être frappés. Le 17 avril dernier, Lucienne Essomba, sa première épouse, a elle aussi passé l’arme à gauche.

Nos sources renseignent que l’ancienne cadre à la Caisse nationale de prévoyance sociale(Cnps) a été terrassée comme son mari de coronavirus. Elle avait en effet été à son chevet jusqu’au moment où les résultats des prélèvements ont révélé qu’il était effectivement porteur de Covid-19.

Outre le décès de ses deux principaux piliers, la famille Momo redoutent que la série noire ne se poursuive. Plusieurs autres de ses membres ont été testés positifs. Toutefois, le cas de la fille ainée âgée de 42 ans et celui du chauffeur âgé de 40 ans sont préoccupants.

Source: Nouvelle expression

Partager

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on telegram
Share on email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dernières nouvelles